Accueil ACTU INTERNATIONALE À Bruxelles, migrants et SDF se disputent les places d’hébergement d’urgence
À Bruxelles, migrants et SDF se disputent les places d’hébergement d’urgence

À Bruxelles, migrants et SDF se disputent les places d’hébergement d’urgence

0

Dans la capitale belge, le centre d’hébergement d’urgence de la Plateforme citoyenne a dû fermer ses portes dans la nuit de lundi 27 à mardi 28 août suite à des affrontements entre migrants et SDF. Les associations dénoncent le manque d’action du gouvernement.

Depuis plusieurs jours, des tensions entre des migrants et des personnes sans domicile fixe se sont accentuées dans la capitale belge. Dans la nuit de lundi 27 à mardi 28 août, le centre de la Porte d’Ulysse – qui accueille chaque soir 300 personnes – a même dû fermer ses portes.

Les violences ont commencé dimanche soir. Plusieurs SDF ont caillassé les fenêtres du centre et tenté de défoncer les portes. La nuit d’après, d’autres personnes ont essayé de s’introduire de force dans le bâtiment.

Les tensions ont commencé à la fin de la trêve hivernale. Les sans domicile fixe, généralement hébergés dans des structures éphémères, se sont retrouvés à la rue. Faute de solutions apportées par les autorités, ils se sont alors tournés vers la Plateforme citoyenne afin d’être intégrés à leur dispositif d’hébergement de la Porte d’Ulysse. Ce dernier tourne déjà à plein, notamment avec une majorité de migrants.

« Le manque de place dans les structures officielles crée des tensions. Certains ne comprennent pas pourquoi le centre de la Porte d’Ulysse est plein. Ils n’acceptent pas de devoir dormir dehors », signale Mehdi Kassou, membre de la Plateforme citoyenne, qui gère la Porte d’Ulysse.

Depuis plus d’un mois, des violences existent aussi dans le parc Maximilien, lieu de rassemblement des migrants à Bruxelles. C’est également là que se déroulent les distributions alimentaires et la répartition des migrants dans les structures d’hébergement d’urgence.

« On assiste de plus en plus à des violences dans les files d’attente et dans les distributions de vêtements et de nourriture au parc Maximilien », ajoute Mehdi Kassou. « Il y a des fauteurs de trouble qui bousculent, qui ne respectent pas les règles et qui veulent empêcher certaines personnes de dormir au chaud ».

« Arrêter la concurrence malsaine entre les publics précaires »

La Plateforme citoyenne réclame l’ouverture de places supplémentaires dans le dispositif du Samu social et le déploiement de nouvelles maraudes. « À part le passage sporadique de la Croix-Rouge, on est complètement seul au parc Maximilien », déplore Mehdi Kassou.

La Ville a annoncé lundi 27 août le renforcement de la sécurité autour du centre. Une mesure qui laisse les associations perplexe. « Cela ne va pas éviter les tensions mais les contenir. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et arrêter la concurrence malsaine entre les publics précaires », s’agace Sotieta Ngo, directrice du Ciré Belgique (coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers).

La plateforme citoyenne ne sait pas si la Porte d’Ulysse rouvrira ses portes ce mardi 28 août. La décision sera prise après leur maraude au parc Maximilien. « Si les fauteurs de trouble sont encore là, on devra malheureusement rester fermé », déclare Mehdi Kassou. Si tel est le cas, environ 200 migrants seront contraints de dormir dehors une nuit de plus.

Selon les associations, près de 650 migrants – majoritairement originaires d’Érythrée et du Soudan – sont présents dans les rues de la capitale belge, en attendant de pouvoir passer en Angleterre.

Depuis le début du mois de juin, 35 000 nuitées ont été offertes aux personnes précaires à la Porte d’Ulysse et près de 1 700 personnes différentes ont été accueillis, rappelle la Plateforme citoyenne dans un communiqué.

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *