Accueil ACTU INTERNATIONALE Adhésion du Maroc à la CEDEAO : Une stupidité de plus des Présidents africains
Adhésion du Maroc à la CEDEAO : Une stupidité de plus des Présidents africains

Adhésion du Maroc à la CEDEAO : Une stupidité de plus des Présidents africains

0

L’ancien garde des sceaux du Bénin,  Maître de Conférences de Sciences politiques, Topanou Prudent Victor K. Kouassivi analyse dans cet article pour LNT, l’adhésion du Maroc à la CEDEAO.

Depuis quelques temps, l’actualité internationale nous donne à apprécier l’irresponsabilité des dirigeants politiques africains. C’est d’abord, l’épisode de l’immigration clandestine qui a transformé la Méditerranée en un gigantesque tombeau à ciel ouvert pour Noirs sous le regard indifférent des Présidents africains.

Tout le monde sait pourtant que c’est leur mal gouvernance qui pousse ces jeunes désespérés à partir au péril de leur vie. C’est ensuite, l’épisode du CFA et des propos « déshonorants » que le Président Emmanuel Macron tient à l’égard des Chefs d’Etat des pays membres de la zone franc.

C’est enfin, et sans prétendre à l’exhaustivité, l’épisode du marché aux esclaves Noirs en Libye qui se déroulait en silence, sous leurs yeux, et n’eut-été le reportage d’une journaliste de CNN, ils n’auraient rien su, rien dit, rien fait.

A nouveau, les Chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats membres de la CEDEAO se préparent à être la risée du monde en procédant début 2018, sans aucune consultation de leurs peuples, à l’adhésion du Maroc comme le dix septième Etat membre de la CEDEAO. En effet, le Maroc, après avoir vainement tenté d’adhérer à l’Union Européenne change, à présent, de stratégie et veut adhérer à la CEDEAO, avec la complicité des Chefs d’État et de Gouvernement ainsi que de la technocratie d’Abuja.

 

La CEDEAO, c’est la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique de l’ouest, c’est l’une des cinq régions du continent tel que l’a découpé l’Union Africaine à la faveur de la Résolution CM/RES.464 (XXVI) du Conseil des Ministres de l’Organisation de l’Unité Africaine devenue depuis, l’Union Africaine et l’Afrique de l’ouest va grosso modo du Nigéria à l’Est à la Mauritanie à l’ouest et de la frontière sud du Sahara au nord à l’océan Atlantique au sud.

 

Double hérésie

C’est pourquoi, admettre le Maroc dans la CEDEAO, ce serait commettre une double hérésie, géographique et juridique aux conséquences politiques et sécuritaires imprévisibles.

L’adhésion du Maroc à la CEDEAO sera une hérésie géographique, simplement parce que Le Maroc ne se situe pas en Afrique de l’ouest. Le Maroc est en Afrique du nord et plus précisément dans le Maghreb.  C’est à ce titre qu’il est membre de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), c’est-à-dire là où il doit être.

 

C’est principalement parce que le Maroc n’est pas en Europe que l’Union Européenne avait en son temps refusé d’étudier sa demande d’adhésion. En effet, le Maroc n’est pas en Europe ; il n’est pas en Afrique de l’Ouest non plus : c’est une vérité de la palissade ; c’est une évidence géographique.

 

On peut tricher avec l’histoire, l’écrire et la réécrire à volonté, la travestir mais on ne peut pas tricher avec la géographie.

De même, l’adhésion du Maroc sera une hérésie juridique parce que les Chefs d’État et de Gouvernement des Etats membres de la CEDEAO ne peuvent se réfugier derrière l’alinéa 2 de l’article 2 du Traité de la CEDEAO qui dispose que « les membres de la Communauté, ci-après dénommés les Etats Membres sont les Etats qui ratifient le présent Traité » pour justifier l’adhésion du Maroc. En agissant ainsi, ils opèrent un véritable coup de force juridique et institutionnel qui révèle au grand jour la faiblesse du dispositif juridique d’adhésion à la CEDEAO. Car en effet, si les pères fondateurs de la CEDEAO avaient pensé un seul instant que leurs successeurs seraient aussi cupides et aussi stupides pour faire ça, ils auraient sans doute pris plus de précautions autour du dispositif juridique d’adhésion.

Ils ont pensé qu’en précisant le cadre géographique dans le nom de la Communauté (Afrique de l’Ouest), qu’en rappelant leurs idéaux dans le préambule (5e, 9e, 10e  et 11e tirets) et qu’en définissant dans l’article 1er la Région au sens de la Résolution CM/RES.464 (XXVI) du Conseil des Ministres de l’Union Africaine, cela aurait largement suffi. Mieux, ils ont pensé qu’en prévoyant la possibilité de signature d’accords de partenariat aussi bien avec d’autres organisations sous-régionales similaires (article 79) qu’avec des pays tiers (article 83), cela compenserait le caractère sommaire du dispositif juridique d’adhésion et résoudrait la question de l’adhésion des pays hors Région. Mal leur en a pris !!!

Bonne direction

Toutefois, il convient d’apprécier à sa juste valeur les décisions de la dernière Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement qui s’est tenue le samedi 16 décembre 2017 à Abuja au Nigéria parce qu’elles vont dans la bonne direction. En effet, le point 53 du Communiqué final préconise la mise en place d’un « cadre institutionnel approprié qui devrait constituer la base juridique d’une telle décision » d’adhésion (pt.53).

Mais si l’adhésion du Maroc à la CEDEAO devenait une réalité, malgré la mise en place à venir du cadre institutionnel approprié, ce qui n’est pas souhaitable, elle produira à coup sûr un chaos institutionnel qui se traduira par la remise en cause de la division géostratégique du continent Africain par l’Union Africaine et par ricochet la demande d’adhésion, pêle-mêle, des Etats aux organisations sous-régionales sans considération de leur appartenance géographique. Ainsi par exemple, rien n’empêchera le Bénin de demander son adhésion à la SADEC ou au COMESA, le Togo de demander son adhésion à la CEMAC, le Cameroun de demander son adhésion à l’UMA, la Chine de demander son adhésion à la CEDEAO. Rien n’empêchera désormais la France, le Brésil ou les Etats-Unis de demander leur adhésion à la CEDEAO, à la CEMAC ou autres. Mais au-delà de ce chaos institutionnel, cette adhésion, si elle venait à se confirmer en 2018 entraînera des conséquences sécuritaires imprévisibles.

En effet, par la continuité géographique ainsi que la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux qu’elle va créer, l’adhésion du Maroc à la CEDEAO posera de nouveaux défis sécuritaires à la Communauté, notamment la gestion des Djihadistes Marocains de retour des guerres d’Irak et de Syrie. Si les Etats membres de la CEDEAO n’ont pas, seuls, les moyens de combattre BOKO HARAM au Nigéria et les Islamistes au nord du Mali, comment pourraient-il combattre l’État Islamique et ses démembrements à travers le retour des Djihadistes Marocains des guerres d’Irak et de Syrie dans ce qui deviendra leur espace communautaire ?

Et sans qu’il ne soit besoin d’évoquer ici les conséquences économiques d’une telle adhésion, il convient de rappeler que toute construction communautaire s’appuie nécessairement sur un socle de valeurs communes partagées, ce qui n’est pas le cas entre les Etats membres de la CEDEAO et le Maroc. Ce n’était déjà pas le cas entre le Maroc et les pays européens qui avaient argué secondairement de cette incompatibilité de valeurs pour refuser d’étudier la demande d’adhésion du Maroc à l’Union Européenne.

Ainsi par exemple, la Constitution Marocaine définit l’Islam, l’arabité et l’amazighité comme des « composantes fondamentales » de l’identité du peuple marocain et le pays comme terre d’Islam. Au Maroc, l’Islam est la religion de l’État, même s’il garantit à tous le libre exercice des cultes, définissant ainsi une certaine conception de la laïcité qu’aucun pays de la CEDEAO n’a en partage avec lui. La conception de la laïcité est tout autre dans les Etats membres de la CEDEAO : aucun de ces pays n’a une religion d’État. Il faut signaler à titre de rappel historique que c’était déjà le cas avec la Mauritanie qui avait fini par se retirer d’elle-même de la CEDEAO.

Il y a lieu de dénoncer le fonctionnement actuel de la CEDEAO exclusivement géré par les Chefs d’État et de Gouvernement au mépris des Peuples dont on ne prend presque jamais les avis et au risque de creuser un fossé abyssal durablement préjudiciable pour la Communauté.

A qui profite le crime

C’est pourquoi pour finir, il convient de se demander à qui profite le crime ? Autrement dit, qui a pu convaincre tous les dirigeants de la CEDEAO, Anglophones, Francophones et Lusophones ainsi que tout l’appareil technocratique d’Abuja de la pertinence et de la justesse de l’adhésion du Maroc (même si ce n’est pas tout à fait exact) ? Il est permis de soupçonner les amitiés légitimes fondées sur le goût de l’argent et du luxe du Président Ivoirien, le Président Alassane Dramane OUATTARA qui considère que « le Roi du Maroc est chez lui en Côte d’Ivoire » (voir interview qu’il a accordée à RFI avant le dernier sommet Afrique-Europe tenu à Abidjan). Leur amitié personnelle ne peut l’emporter sur la solidité des Institutions communautaires et les intérêts des Etats au point de conduire toute la Communauté à devenir la risée du monde.

Le Maroc n’est pas en Afrique de l’Ouest ; il n’a pas sa place dans la CEDEAO. Il pourrait utilement signer avec la CEDEAO des accords de partenariat conformément aux dispositions de l’article 83 du Traité ou obtenir le statut de membre observateur (Tunisie) ou encore de membre associé (Mauritanie) (voir le point 52 du communiqué final). Tout le monde pourrait s’en contenter.

Il est encore temps d’éviter cette stupidité de plus.

Victor Topanou

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *