+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

La corruption est une entrave à la transformation socio-économique, à la paix et à la sécurité en Afrique.

Tunis (dpa) – «Remporter la lutte contre la corruption dans le secteur foncier: option viable pour la transformation de l’Afrique», tel est le thème de la troisième édition de la «Conférence sur la politique foncière en Afrique» qui se tiendra, du 25 au 29 novembre 2019, à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire. Cette rencontre biennale est co-organisée par la Banque africaine de développement(BAD), la Commission de l’Union africaine (CUA) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

Elle «devrait permettre de créer un consensus entre parties prenantes et décideurs africains sur l’orientation future à adopter pour résoudre les problèmes de gouvernance foncière, en mettant un accent particulier sur la corruption», a annoncé la BAD dans un communiqué. La Conférence offrira aux participants une «tribune importante pour créer des réseaux, approfondir leurs engagements et renforcer leurs capacités d’élaboration, de mise en œuvre et de suivi des politiques foncières, grâce à un accès aux connaissances». Prendront part à cette rencontre des chercheurs, des représentants de gouvernements , de la société civile, du secteur privé et des autorités (chefferies) traditionnelles, a-t-on précisé.

L’Union africaine (UA) avait proclamé l’an 2018 «année de la lutte contre la corruption en Afrique». Pour l’UA, la corruption est identifiée comme une entrave considérable aux efforts de promotion de la gouvernance, de la transformation socio-économique, de la paix et de la sécurité en Afrique. La toute première édition de la «Conférence sur la politique foncière en Afrique» s’était déroulée en 2014, et la seconde en 2017, a-t-on rappelé.

dw.de