+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Pour favoriser une croissance plus inclusive, il faudrait renforcer le capital humain.

Les perspectives économiques dans le continent africain « continuent de s’améliorer », selon l’édition 2020 du rapport « perspectives économique en Afrique » publié, le 30 janvier 2020, par la Banque africaine de développement (BAD). Malgré les « solides performances » de croissance de l’Afrique, celle-ci n’a pas été inclusive, note le rapport dont le thème est « Former la main-d’œuvre africaine de demain ». Selon ce rapport, le taux de croissance du produit intérieur brut réel, estimé à 3,4 pour cent pour 2019, devrait s’accélérer pour atteindre 3,9 pour cent en 2020 et 4,1 pour cent en 2021.

Six des dix économies les plus dynamiques du monde sont en tête. Le Rwanda, l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Tanzanie et le Bénin. Pour rendre la croissance de l’Afrique plus inclusive, souligne le rapport, les pays ont besoin d’intensifier les réformes structurelles pour diversifier leur base productive et renforcer la résilience aux épisodes climatiques extrêmes, en adoptant des techniques agricoles climato-intelligentes. Environ un tiers seulement des pays africains ont réalisé une croissance inclusive, réduisant à la fois la pauvreté et les inégalités.

Pour favoriser une croissance plus inclusive, recommande le rapport, il faudrait renforcer le capital humain de l’Afrique et créer davantage d’emplois dans les secteurs à forte productivité. Pour ce faire, les pays devront s’efforcer d’intégrer, dans leur plan de développement économique, des stratégies d’éducation et de développement des compétences. Cela implique de prendre des mesures pour améliorer la quantité et la qualité de l’éducation, préconise le rapport.

Dpa