+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

UFDG: COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 12 OCTOBRE 2019

Présidée par le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, l’Assemblée générale hebdomadaire qui s’est tenue ce samedi 12 octobre au siège de la Minière a connue une grande mobilisation des militants du parti.

Les militants ont eu le privilège d’accueillir de nouvelles adhésions, M. Bö Lanciné Koné (ancien préfet de Beyla) et M. Séraphin Kolié avec qui ils partagent désormais les mêmes objectifs.

À sa prise de parole, le chef de file de l’opposition guinéenne a commencé son discours en ces termes, « je voudrais commencer par vous féliciter et vous remercier pour votre engagement perceptible sur vos visages et dans vos propos : engagement de refuser la dictature, engagement de se battre pour que règne dans notre pays une démocratie apaisée, la paix et l’unité dans la justice ».

Ensuite, il a annoncé « l’arrestation de M. Abdourahmane Sanoh et de certains de ses collègues, il ne faut pas vous émouvoir, absolument rien ne va nous arrêter dans le combat contre l’assassinat programmé de notre démocratie ».

Il poursuit d’une voix alerte et ferme, « il semble que pour M. Sydia Touré et Cellou Dalein c’est pas la prison qui nous est réservée, c’est la mort. Mais ne vous inquiétez pas lorsqu’on a pris la décision de se battre pour libérer son pays de l’injustice, de l’arbitraire, de la haine et de la violence, on doit être muni de la volonté et d’un esprit de sacrifice qui ne peuvent pas changer. Nous allons mener le combat pour libérer la Guinée de la division, de la haine et de la dictature pour réconcilier les fils de ce pays et relever le défi du sous-développement ».

D’un ton plus acerbe, il dépeint le type d’État qu’est devenu la Guinée sous Alpha Condé, « nous avons affaire à un État voyou qui est la négation du droit. Refuser d’installer les conseils de quartiers et de régions est une négation du droit parce que le droit l’a prescrit. On est allé aux élections avec l’idée d’installer 15 jours après la formation des exécutifs les conseils de quartier et 70 jours après les conseils de régions. M. Alpha Condé a décidé de ne pas appliquer la loi et ses lieutenants l’assument avec arrogance ».

Toujours dans la même lancée, il déclare « nous avons fait toutes les concessions, répondu à tous les dialogue et signé tous les accords, ils n’ont pas respecté, ils violent le droit communautaire, national et international, ils s’arrêtent devant nous pour dire qu’ils ont bien fait, que ce sont eux qui décident et qui sont au pouvoir, est-ce que c’est acceptable ? Violer la constitution en changeant l’actuelle constitution qui n’a prévu aucune ouverture pour être changée, c’est une violation du droit communautaire et national, nous ne l’accepterons pas; vous savez la dictature se définit comme la négation du droit ».

Par conséquent, il appelle les militants à rester sur le qui-vive pour barrer la route à cet État voyou qui veut confisquer la démocratie.

Enfin, il a lancé un appel solennel, « nous exigeons la libération immédiate de M. Sanoh, quant à nous, si vous apprenez qu’on est en prison ou bien Alpha Condé nous a fait assassiner, ne vous préoccupez pas, continuez la lutte pour le triomphe de la vérité, de la démocratie et pour le triomphe de la justice. Je vous souhaite un bon weekend de préparation des évènements de lundi ».

Maka N’denda (attaché de presse de Cellou Dalein Diallo)