+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

COMPTE RENDU AG-UFDG DU 19 JANVIER 2019.
L’Assemblée générale de l’UFDG s’est tenue ce samedi 19 janvier 2019 au siège de la minière sous la présidence du vice-président, Fodé Oussou Fofana.

Tout comme les autres AG, les militants ont accueillis un nouvel adhérent, M. Facély Konaté, a en effet, quitté le navire chavirant du RPG au profit de l’UFDG.

M. Abdoulaye Bah, maire élu-UFDG de Kindia, a apporté un démenti sur les rumeurs de défection de certains conseillers élus sous la bannière du parti. Il a également fait état du boycott que les populations exercent sur la mairie illégitime de Kindia. Il a assuré qu’il n y aura pas de mairie à Kindia tant qu’il ne sera pas rétabli dans sa victoire.

Honorable Fodé Oussou Fofana a, dès l’entame de son discours, transmis les salutations du président de l’UFDG aux militants. Il a rappelé que celui-ci est en mission en Europe, laquelle mission le mènera en France et en Angleterre où il répondra à l’invitation des étudiants de la prestigieuse université d’Oxford.

Il a ensuite, réitéré la fierté des responsables du parti à l’égard des militants qui font de ce parti le premier parti en république de Guinée, il soulignera plus loin que l’UFDG est le seul parti d’opposition en Afrique qui détient 37 députés à l’Assemblée nationale.

Il a félicité le CNJ et ses membres qui avaient été emprisonnés alors qu’ils protestaient contre la confiscation de la victoire de Kalemodou devant le ministère de l’intérieur.
En ce qui concerne l’installation des PA, il dit ceci: « M. Alpha Condé dans sa logique d’intimider, d’effrayer l’UFDG, installe au niveau de l’Axe Hamdallaye- Bambéto- Cosa des PA qui sont une association de policiers, de gendarmes et de militaires ». Comme pour dire qu’une telle mesure est vouée à l’échec, il martèle, « mais ce que M. Alpha Condé ne sait pas, c’est qu’il n’a aucun moyen d’intimider les militants de l’UFDG ».

Faisant un constat amère de la gouvernance Condé, il lance cette diatribe, « nous avons affaire à un gouvernement qui a tout perdu, M. Alpha Condé a perdu 8 ans, bientôt 10 ans, il n’a rien fait, tout ce qu’il sait faire c’est poser les premières pierres, mais il n y a jamais eu les dernières pierres ». Il dénonce un régime devenu dépendant des fausses promesses.
Il estime qu’Alpha Condé ignore les réalités du pays et l’état des routes du pays qu’il a cessé de pratiquer depuis son accession à la magistrature suprême, il dénonce les contrats gré à gré montés de toute pièce par Alpha Condé dans ce domaine, il révèle même que Alpha Condé annonce des marchés dont le financement n’est pas obtenu (il cite les routes de la haute- Guinée, particulièrement celle de Kankan). Il rappelle qu’Alpha Condé avait promis de satisfaire la demande de l’électricité avec Kaleta dont l’interconnexion ne couvre que Conakry-Labé, maintenant il table sur Souapiti.

Par ailleurs, estimant que seules les manifestations peuvent faire entendre raison à Alpha Condé, il lance cet appel, « je vous demande tout simplement d’être prêts, il n y a aucun moyen pour nous de nous entendre avec Alpha Condé, le seul moyen, le seul discours qu’entend Alpha Condé, c’est les manifestations, nous allons commencé les différentes manifestations ».

Dénonçant les retards répétitifs dans l’organisation des élections en république de Guinée, il lance dans un ton emprunt d’indignation, « Alpha Condé s’amuse avec les guinéens, c’est le seul pays au monde où les élections ne sont jamais organisées à date, Alpha Condé fait ce qu’il veut comme il veut, sinon c’est une honte pour un pays d’organiser les élections communales pendant une année et que les conseillers ne sont pas installés ».

D’un air moqueur, il préconise à Alpha Condé de chercher plutôt à régler le cas de Matoto au lieu de s’occuper du contentieux électoral du Congo. Il dénoncera à tour de rôle la non installation de l’exécutif communal de Kankan et l’incapacité du président de la république à dénouer une crise opposant deux de ses militants. Il décrit un parti en déconfiture, « le RPG arc-en-ciel n’existe que de nom, il est composé des gens qui ont perdu la confiance et qui ne croient plus à Alpha Condé, Alpha Condé n’aime personne, tous ceux qui étaient avec lui sont à côté, il gère avec ses adversaires, ceux qui frappaient ses militants pendant qu’il était à l’opposition ».

Honorable Fodé Oussou Fofana explique que Alpha Condé a la phobie des élections, « Alpha Condé a peur des élections, depuis le traumatisme de 2010 où il a eu 18%, il n’aime pas organiser les élections », il croit que son refus d’assainir le fichier s’explique par la phobie d’affronter l’UFDG dans les urnes, « il a tellement peur de l’UFDG qu’il refuse que le fichier soit audité, c’est de sa faute, cette situation que nous vivons, c’est lui qui l’a créée sciemment parce qu’il savait depuis 1 année qu’il ne voulait pas organiser les élections législatives ».

Évoquant la prorogation du mandat de l’Assemblée nationale, il déclare, « nous sommes fiers de nos militants, je voudrais vous dire ici nous avons une obligation solennelle, celle de ne jamais trahir nos militants, nous ferons exactement ce que vous voulez, c’est pour ça que jusqu’aujourd’hui, la décision de siéger ou de ne pas siéger n’a pas encore été prise ».

Et pour cause, le parti fera des consultations à la suite desquelles une décision sera prise, « nous sommes entrain de faire des consultations de la base au sommet, nous allons consulter les fédérations de l’intérieur et de l’extérieur, nous allons consulter les communicants, nous allons consulter tout le monde, mais croyez moi que la décision que vous allez prendre, c’est cette décision que nous allons respecter, parce qu’il y a parti lorsqu’il y a des militants, si nous sommes là c’est grâce à vous ». Cette réflexion est nécessaire pour déjouer le piège tendu par Alpha Condé qui ne fait rien pour rien, il faut donc peser les avantages et les inconvénients.

Il a expliqué le manège d’Alpha Condé qui veut s’éterniser par tous les moyens au pouvoir, « vous avez entendu certains dire qu’on ne parle plus de troisième mandat, ils parlent de la quatrième république, ce n’est pas un secret, puisqu’il ne veut pas quitter le pouvoir, puisqu’il veut quitter comme Blaise Compaoré, il a trouvé des juristes pour faire une nouvelle constitution qu’ils veulent soumettre au peuple de Guinée ».
Dans un ton ferme et menaçant, il met en garde, « je voudrais dire et vous rassurer, quiconque doute de la détermination du peuple de Guinée par rapport au 3 ème mandat, à la 4 ème république ou à une autre constitution, c’est qu’il ne fait pas confiance au peuple de Guinée, le jour où Alpha Condé aura le courage de nous parler d’un 3 ème ou d’une nouvelle constitution, ce jour là sera le dernier jour de M. Alpha Condé en Guinée ».

Il continue en ces termes: « je vais vous dire, ceux qui pensent qu’Alpha Condé va prolonger son mandat, le mandat de M. Alpha Condé finira le 21 décembre 2020, il n y aura ni troisième ni une nouvelle constitution, ni un autre président qui s’appelle Alpha Condé, aucun président ne s’appellera dorénavant Condé Alpha ou Alpha Condé, parce ce que ce qu’il a fait à ce peuple est grave ».

Il a salué la démocratie qui règne au sein de l’UFDG, car les militants se sont exprimé sur la prorogation du mandat de l’Assemblée nationale, alors que ceux du RPG osent à peine s’exprimer sur les responsables ou sur les sujets concernant le parti. Il promet que les consultations vont continuer et que les militants seront informés de ce qui en résultera.

Maka N’denda