+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

COMPTE RENDU DE L’AG-UFDG DU SAMEDI 23 FÉVRIER 2019.
L’Assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG s’est tenue ce samedi 23 février 2019 au siège du parti de la Minière, celle-ci a été présidée par l’honorable Kalemodou Yansané.

Celui-ci, à sa prise de parole, a rappelé que le président Cellou Dalein Diallo est absent du pays, il évoque le motif de cette absence, « notre cher président Cellou Dalein Diallo est encore sollicité à l’extérieur du pays, il est donc en mission, il est à Dakar pour assister aux élections présidentielles qui se dérouleront demain au Sénégal, il a été désigné par ses pairs pour coordonner la mission de l’équipe des libéraux qui ont en charge de superviser les élections dans ce pays, de là il ira (en tant que vice-président de l’Internationale Libérale) assister à un congrès auquel il est convié en Afrique du Sud ».

Il est également revenu sur le score élogieux obtenu grâce à l’engagement des militants, « vous savez que l’UFDG, grâce à votre combat, a obtenu 2198 élus sur le territoire guinéen, il n y a pas un mètre carré du territoire où vous ne trouverez pas un élu de l’UFDG, on n’est pas un parti transversal, mais un parti national, n’eut été les vols, les précochés, les tricheries du gouvernement actuel, l’UFDG pouvait facilement rafler les 75% des voix en Guinée ».

Pour ce qui concerne les martyrs tombés lors des manifestations pacifiques, il dit, « l’UFDG n’oubliera jamais ses martyrs, depuis le jeune Djakariaou jusqu’au dernier, on ne les oublie pas, à l’heure actuelle une plainte, un recours est déposé au niveau de la CEDEAO pour que ces victimes de la barbarie du pouvoir actuel soient correctement indemnisées ». Il a signalé également la prise en charge par le parti des soins médicaux de Ibrahima Sory Camara (injustement emprisonné durant 6 mois) qui est allé à Dakar pour des visites médicales.

Il a aussi évoqué le cas des nouvelles nominations au sein du parti, « j’ai été fier de constater que les noms évoqués ici ont été acclamés ». Il a ensuite loué les qualités de l’honorable Aliou Conde (nouveau vice-président président par intérim chargé des affaires politiques), de Cellou Balde (coordinateur chargé des fédérations de l’intérieur), de Elhadj Diouma Bah (coordinateur chargé des fédérations des l’extérieur) et de Nadia Nahman (cheffe de cabinet intérimaire du président de l’UFDG). Il a mis en avant la nécessité d’un grand parti comme l’UFDG de combler le vide laissé par certains cadres à ces postes si stratégiques.
Concernant le déguerpissement de Kaporo, il a apporté une clarification, « le dossier de Kaporo rails n’est pas une affaire politique, c’est une affaire juridique, lorsqu’une personne a occupé un domaine durant plus de 30 ans et qu’il a tous les papiers légaux délivrés par l’État, si vous voulez la déplacer, il y a le minimum de respect qu’on doit lui accorder, un minimum de respect qu’on doit accorder à l’État ».
Soulignant le caractère humanitaire de cette affaire, il a révélé l’éventuelle stratégie de l’opposition républicaine, « l’opposition républicaine se réunira lundi pour apporter son appui juridique à ces pauvres citoyens qui sont entrain d’être brutalisés », il a rappelé le cas récent de Démoudoula qui est devenu une brousse abritant des bandits. À la question de savoir ce que va devenir Kaporo, il répond, « ils vont certainement vendre ces parcelles à ceux qui ont l’argent aujourd’hui, à ceux qui sont entrain de piller le pays aujourd’hui ».
Par ailleurs, il est longuement revenu sur la journée du samedi 16 février lors du retour du chef de l’opposition guinéenne. Il a rappelé que la direction nationale prévoyait de lui réserver un chaleureux accueil à travers la mobilisation des militants au siège du parti. Il fait remarquer cependant que des esprits malintentionnés ont fait germer l’idée selon laquelle le président de l’UFDG venait pour attaquer les PA. Il a rappelé qu’il y a eu des mobilisations spontanées de militants venus acclamer le leader de l’UFDG.

Il reconnaît que les éléments des PA répondaient amicalement aux saluts du chef de file de l’opposition guinéenne, tout allait bien selon lui jusqu’au niveau de Gnariwada, là le véhicule du chef de file DD l’opposition guinéenne a fait l’objet d’une attaque acharnée des Mambas de la CMIS. Outré par la violence de l’attaque des forces de l’ordre, le président de l’UFDG a décidé de s’arrêter pour interroger les policiers sur les raisons d’une telle violence contre sa personne, silencieux, ils ont continué à l’arroser de gaz lacrymogènes jusqu’à ce que sa garde rapprochée l’exfiltre des lieux. Il a dans le même ordre d’idées, évoqué l’attaque barbare du siège du parti à la minière. Il a condamné les mensonges du ministre Kéira, de Baffoé et du porte parole du ministère de la sécurité qui ont honteusement prétendu que la voiture du président de l’UFDG a été endommagée par les voitures de son cortège. Il assure que le président de l’UFDG reste plus déterminé à mener son combat politique.

Enfin, il s’est prononcé sur la naissance de nouveaux blocs d’opposition, il affirme ceci: « nous avons des partis politiques qui se réunissent pour former des alliances, notre ennemi commun c’est le pouvoir d’Alpha Condé, même s’il y a six ou sept groupements, nous nous retrouverons pour éviter le glissement du mandat d’Alpha Condé, pour éviter le troisième mandat, donc ils ne sont pas nos ennemis ni nos adversaires, ils vont peut-être devenir nos alliés, ceci est à comprendre et à accepter comme tel ».

Maka N’denda (UFDG)