+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’UFDG DU SAMEDI 20 AVRIL 2019.

C’est dans une salle pleine à craquer et dans une atmosphère entachée de deuil suite au décès de Elhadj Telly Bah, (propriétaire du domaine du siège du parti de la minière) que s’est déroulée l’Assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG.

Dès l’entame de son discours, le vice-président chargé des affaires sociales, honorable Fodé Oussou Fofana, a demandé à l’ensemble des responsables et militants présents d’observer une minute de silence en la mémoire de Elhadj Telly Bah, décédé hier au Sénégal. Il a promis que le parti s’impliquerait pour lui rendre un dernier et vibrant hommage lors de ses obsèques.

Après avoir transmis les salutations du président Cellou Dalein Diallo aux militants, Il a par la même occasion félicité l’honorable Diouldé Sow (député uninominal de Pita) qui selon lui est respecté et adulé dans sa circonscription électorale.
Parlant toujours de Pita et du fameux tournoi qui s’y déroule en guise de remerciement au président Condé sous l’instigation du ministre Mouctar, il a émis le souhait suivant, « je voudrais qu’à partir de maintenant que le débat sur Pita soit un débat clos, c’est un débat qui n’a pas de sens ni d’importance (…), ce n’est pas important dans la mesure où depuis que Pita est Pita, nous avons toujours gagné les élections (…), ne donnons pas trop d’importance à ce tournoi ».

Il a rappelé le principal critère pour devenir minsitre sous l’ère Condé, « pour être ministre d’Alpha Condé c’est pas compliqué, il faut être de l’opposition, quelque temps après tu sors de l’opposition et tu vas attaquer le président de l’UFDG ».
Pour lui l’organisation de ce tournoi répond à un besoin de décaissement d’argent (trois milliards ont été décaissés pour ce tournoi), « d’abord de l’opposition, il devient ministre (…), il était dans une situation de précarité avancée, tout le monde sait que Mouctar avait des problèmes, il n’avait plus rien, il s’est arrangé pour être ministre. Pour maintenir son poste, il va organiser un tournoi de football pour donner l’impression à M. Alpha Condé que le Fouta est pour lui, si Alpha Condé se laisse tromper c’est pas notre problème, il a donné de l’argent du contribuable, Mouctar est entrain de bouffer ».

Par ailleurs, il a rappelé que ce n’est pas la première tentative du président Condé d’opposer les fils du Fouta, le projet roundé et foulasso répondait à ce même cynique. Pour lui le Fouta (fief incontesté de l’UFDG) n’est pas et ne peut pas être sujet de dispute politique entre l’UFDG et le RPG, la concurrence est ailleurs, « si l’élection est sincère même à Siguiri, nous pouvons battre M.Alpha Condé, je parles pas de Pita, la compétition c’est à Siguiri et à Kankan ».
À l’image de l’Assemblée générale hebdomadaire précédente, il a rappelé la trahison du président Condé à l’égard de ses militants, en effet celui-ci ne s’est entouré que d’arrivistes politiques au détriment des militants et responsables du RPG, « regardez autour de lui, ça veut dire que M. Alpha Condé n’a personne pour nommer comme ministre, il n’a aucun jeune du RPG-Arc-en-ciel qu’il peut nommer ministre de la jeunesse, il nomme Mouctar en laissant les jeunes du RPG qui se sont battus avec lui ».

À la différence de Mouctar Diallo, il a salué l’attitude du ministre Bah Ousmane qui s’est abstenu par dignité de participer à l’organisation d’un tel événement. Par conséquent, il considère que Mouctar a profané non seulement les 82 morts (issus de Pita) mais a nargué aussi les parents des victimes, « Mouctar est rentré dans l’histoire de la Guinée par la petite porte (…), des gens ont été tués à balles réelles sans aucune justice, un fils de Pita a le courage d’aller à Pita pour dire  »Alpha Condé a bien fait de vous tuer et de casser vos maisons » (…). Les gens de Pita n’accompagneront pas ça ».
Il est convaincu que les trois milliards qui ont été donnés à Mouctar seront engloutis en vain et que les prochaines élections législatives serviront de leçon à Mouctar et à Alpha Condé qui y prendront une nouvelle claque malgré la mobilisation outrancière des fonctionnaires et des élèves pour assister à ce tournoi de la honte. Vu le refus de certains ministres de se prononcer sur le troisième mandat, le président du groupe parlementaire des libéraux démocrates prédit un remaniement ministériel.

Pour conclure sur l’affaire Mouctar, il dira que les NFD n’existent désormais que de nom.
Concernant le projet de révision constitutionnelle, il alerte en citant les propos d’Alpha Condé, « il y a 24 h M. Alpha Condé a dit que s’il y a modification il y aura 3 ème mandat, mais le plus grand problème que M. Alpha Condé a créé ici c’est le problème d’affrontement, il a dit qu’il y aura affrontement, c’est tellement grave que le jour où il y aura affrontement il sera responsable ».
Il rappelle que ce projet machiavélique est loin d’être un problème de l’UFDG seul, mais qu’il s’agit d’un problème national et donc celui du FNDC qui rassemble tous les partis de l’opposition et la société civile. Il estime que la déclaration de M. Alpha Condé est une déclaration tacite de son désir de briguer un mandat de trop à travers l’élaboration d’une nouvelle constitution qui inclura une nouvelle république. Pour lui la suspension de la constitution ne peut-être possible qu’en cas de coup d’État militaire.

Comme pour rafraîchir la mémoire d’Alpha Condé, il lui rappelle le rôle qu’il a joué dans l’affaire Jammeh à qui il avait conseillé de céder le pouvoir après des années de dictatures. Il a dénoncé le comportement du président de l’Assemblée nationale qui s’est rendu au siège du RPG, « l’image de Kory Koundiano ici va être gardée pendant des siècles pour dire que le président de l’Assemblée nationale, la deuxième institution du pays, se comporte comme le président en militant en allant au siège d’un parti politique, on n’est plus dans une république, c’est la jungle et la pagaille totale, que Dieu sauve la Guinée et les guinéens ».

Il a terminé son discours avec les propos suivant : « je voudrais terminer en demandant aux responsables du parti à la base de faire la liste des chefs de quartier et de les déposer très rapidement, je voulais vous rassurer ici et croyez-moi que les quartiers où nous vous avons gagné il n’y aura pas un autre chef de quartier, c’est nous qui allons installer ces chefs de quartier. Pour finir il faut que vous vous mettiez à la disposition du Front national pour la défense de la constitution (FNDC). Préparez vous parce que le combat va commencer, nous attendons la déclaration officielle de M. Alpha Condé pour dire officiellement qu’il veut un troisième mandat, à partir de cet instant nous allons certainement mettre fin à son second mandat ».

Maka N’denda