Accueil ACTUALITES AG de l’UFDG du 3 novembre 2018 : compte-rendu détaillé par Maka N’Denda
AG de l’UFDG du 3 novembre 2018 : compte-rendu détaillé par Maka N’Denda

AG de l’UFDG du 3 novembre 2018 : compte-rendu détaillé par Maka N’Denda

0

COMPTE AG UFDG DU 03 NOVEMBRE 2018

L’Assemblée générale hebdomadaire de ce samedi 03 novembre aura marqué tous les esprits de par la forte mobilisation des militants qui n’entendent pas céder à la peur et à l’intimidation.

Le parti a accueilli en son sein un nouvel adhérent, Joachim Baba Millimouno (ex commissaire à la HAC) a rejoint l’UFDG, il a expliqué qu’il a opté pour ce parti parce que cest le seul qui s’efforce à rassembler l’ensemble des fils du pays autour des valeurs de justice, de tolérance, de fraternité et d’unité.
Le président Cellou Dalein Diallo a commencé par féliciter et remercier les militants pour leur constance dans la lutte, laquelle constance fait de l’UFDG le plus grand parti de Guinée, «l’UFDG est un grand parti, c’est le plus grand parti de la république, mais c’est grâce à vous, ce qui fait notre force c’est votre engagement désintéressé pour la Guinée, pour la libération de notre peuple, pour que les guinéens puissent vivre dans de meilleures conditions matérielles, pour que leurs droits soient respectés, pour que soit instauré une démocratie apaisée ».

Pour lui l’adversité politique qu’il envisage doit relever du sanakouyah, c’est-à-dire débarrassée de toute haine, « notre ambition d’instaurer une démocratie apaisée où le droit de tous les citoyens y compris celui des adversaires seront respectés, ils exerceront librement, pleinement leurs droits prévus par la constitution et les lois de la république ». Plus loin, il énumère son rêve, « nous souhaitons une Guinée pour tous les guinéens, nous souhaitons qu’ils soient rassemblés, unis dans la fraternité ».

Concernant l’enterrement de deux martyrs hier, il a rappelé qu’il n’avait pas pris la parole devant les militants à cause de l’émotion qui l’animait, « j’étais trop ému, je ne voulais pas exposer aux militants l’émotion qui m’animait », outré par l’inaction et le manque de compassion du gouvernement face à cette barbarie il lance, « nous sommes entrain d’atteindre le chiffre cent, cent guinéens abattus à bout portant par ceux qui sont chargés d’assurer la sécurité des citoyens, aucun d’entre eux n’a eu droit à la compassion du gouvernement; on a enterré une douzaine de personnes le même jour avec un cortège funèbre, notre gouvernement, notre président ne s’est pas ému, aucune enquête n’a été diligentée, aucune sanction même administrative n’a été prise ».

Il estime que cette avalanche de victimes a été encouragée par l’impunité accordée aux auteurs de ces tueries, si le cas de la première victime (Zakariaou) avait été diligemment traitée avec une enquête pour rechercher et sanctionner l’auteur, les tueries auraient cessées. Malheureusement, les auteurs bénéficient de la bénédiction et de la complaisance du président Alpha Condé.
Le principal adversaire du président Condé rappelle que dans tous les accords (2013,2014, 2015 et 2016), les opposants ont réclamé justice pour les victimes des manifestations pacifiques. Le gouvernement n’a point respecté ses engagements.

Au lieu de rendre justice, le régime invente une histoire rocambolesque dans laquelle elle accuse l’UFDG d’être l’auteur des crimes, « l’affaire Grenade, kidnappé, torturé moralement et physiquement pour qu’il dise que c’est l’UFDG qui tue ses militants », « les parents des victimes savent qui est l’auteur des crimes ».

Comparant la Guinée aux autres États dans lesquelles 12 victimes auraient soulevé une levée de compassion de la part des autorités, « lorsqu’on tue 12 personnes c’est une catastrophe, les présidents annulent leurs voyages s’ils sont à l’étranger, ils viennent compatir avec le peuple, on les entend sévir contre les auteurs de tels crimes ». Face à un tel état de fait, Cellou Dalein Diallo dévoile sa stratégie, « j’ai dit et je répète c’est votre choix, nous sommes désormais engagés dans la résistance, ce sera difficile mais la victoire sera de notre côté, il n’est pas question de reculer ».

Pour le bien des guinéens il compte mener son combat même au prix de sa vie, « on a essayé de m’assassiner, on m’a confiné, ça ne peut pas me décourager, pour la liberté et le droit des guinéens que j’aime tous y compris ceux du RPG au nom desquels ces crimes sont commis, alors qu’ils n’en sont pour rien, le bradage des ressources, la dilapidation des ressources ce ne sont pas eux, c’est Alpha Condé », « les militants de Haute-Guinée ont compris que Alpha Condé n’est pas à la hauteur de la fonction présidentielle ».

Il a remercié l’ensemble des militants qui ont contribué à faire des derniers mots d’ordre de l’opposition un succès. Il a remercié la presse nationale et internationale qui a été témoin du confinement des leaders de l’opposition ainsi que de leur gazage, « France 24, Tv5, CNN, Al Jazeera ont rendu compte de ce qui s’est passé, cette confiscation de nos libertés sous prétexte d’une préférence de l’ordre à la loi ».
Il martèle que ces libertés sont d’avance consacrées par la constitution et que l’État ne peut que les encadrer, il promet que l’opposition ne se pliera pas face à ces décisions illégales qui violent la constitution.

Pour joindre l’acte à la parole, il appelle les militants à observer la journée ville morte du mercredi 7 novembre et la marche pacifique du jeudi 8 novembre. Il assure que tous les guinéens sont mobilisés et qu’ils finiront par se rallier à la cause de l’opposition, « c’est tous les guinéens, vous avez suivi ce qui s’est passé à Kintinian, à Siguiri, et à Mandiana, continuons le combat, nous serons rejoints par tous les guinéens parce que les guinéens n’aiment pas la violence ».

Le président Cellou Dalein estime que ce sont les élites corrompue qui constituent le problème, « la majorité compare le comportement des élites à celui des guinéens, ce ne sont pas les guinéens, ce sont les élites corrompues en tête de liste ceux qui font de la transhumance ». Il assure cependant que son parti vaincra, « mais l’UFDG continuera sa marche vers la victoire pour l’instauration d’une société plus juste, plus responsable et soucieuse de la condition de vie de la majorité des guinéens ».

Il a rappelé que le vandalisme de la maison de sa belle-mère et l’attaque contre sa personne, il a démontrer à quel point l’UFDG était soutenu tant sur le plan national qu’international, car il dit avoir été inondé de message de personnalités, sa maison n’a également pas désemplit. Il a profité de l’occasion pour les remercier. Pour ceux qui parlent d’isolement, il leur a répondu que c’est l’électorat qui définit l’isolement, d’ailleurs, il révèle que plusieurs élus locaux de leaders qui ont quitté l’opposition l’ont rejoint.

Il a aussi rappelé la marche des femmes étouffée par des femmes issues des forces de l’ordre qui ont été émues par le message que portaient les femmes de l’opposition républicaine. Il promet une fois arrivé au pouvoir d’accorder une bonne formation aux forces de sécurité en vue de leur inculquer les valeurs démocratiques.

Il a enfin exprimé sa solidarité aux enseignants qui subissent la répression et l’arrogance du pouvoir. Il estime que le pouvoir devrait écouter la revendication des enseignants qui exercent un droit constitutionnel.

Maka N’denda

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *