+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

RPG-AEC : COMPTE RENDUDE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SAMEDI 18 JANVIER 2020.

C’est dans un siège archi comble que s’est tenue ce samedi 18 janvier 2020 l’Assemblée générale hebdomadaire du RPG arc-en-ciel qui a été présidée par M. Momo Camara ( membre du BPN).

Comme il est de coutume, le parti a enregistré son lot de nouvelles adhésions, M. M’bany Sangaré ( DG du CGC) a ainsi présenté une vingtaine de femmes issus de l’UFR qui se sont constituées en un mouvement dénommé Alpha a raison.

À sa prise de parole, l’honorable Amadou Damaro Camara a déclaré que « L’UFR est entrain de périr »
Pour lui, le désistement d’une partie de l’opposition donne raison à Jean Marie Doré qui la qualifiait comme étant la plus bête d’Afrique.
Malgré le désistement de certains partis, il dira aux militants ceci, « ne vous leurrez pas, on a des opposants qui vont partir, les militants de ceux qui ne vont pas aux élections officiellement vont voter pour eux, il ne faut pas qu’on se laisse surprendre, tout le monde doit aller voter ».

M. Damaro prévient que, « notre seul adversaire maintenant, le pire de nos adversaires c’est de dire qu’on a déjà gagné et que ce n’est pas la peine d’aller voter, c’est ce qu’on appelle en français le taux de participation ». Il estime donc qu’il faut relever le défi du taux de participation pour éviter de donner raison aux quelques partis qui ont boycottés.

En vue d’une campagne apaisée, il lance l’appel suivant « ne répondez pas aux provocations, ne provoquez personne ». Il poursuit, « le peuple est le seul souverain et c’est sa décision qui compte, en démocratie on peut être pour en votant oui, tout comme on a le droit d’être contre en votant non, mais dire que je ne veux pas voter et personne ne va voter est un acte de rébellion; dans aucune république organisée cela ne peut être accepté ».
D’un ton moqueur, il fera des révélations, « je sais que beaucoup d’entre eux regrettent pour n’être pas aller aux élections sauf l’UFR, Sydia Touré savait que ces élections allaient faire tomber son mythe, il savait qu’il n’avait plus personne sur le terrain. Il savait qu’en 2013, c’est grâce à l’UFDG qu’il a eu 5 députés, il sait que c’est avec le RPG qu’il a eu quelques mairies. Mais à ces élections, ni l’un ni l’autre n’étaient prêts à l’aider parce qu’il devient un homme politique peu sûr qui devient infréquentable, et à cause de ça il a replié et il a pu emmené notre ami avec lui, j’ai envie de dire tant pis pour eux ».

Plus loin, il dit « nous allons démontrer que le Pr Alpha Condé n’a pas demandé 1000 choses, il n’a pas pris de décret, il n’a pas dit à sa majorité à l’Assemblée de voter, il a dit je vais demander une seule question au peuple: oui vous êtes d’accord, non vous n’êtes pas d’accord. Si le non l’emporte, il en tire les conséquences,si le oui l’emporte il en tire les conséquences. Mais personne y compris lui-même n’a le droit de s’exprimer ou de considérer que sa voix est celle du peuple ».

Répondant aux ministres des affaires étrangères de la France, il s’interroge « au peuple qui a pu dire à De Gaulle vivant , devant lui non il ya 61 ans, peut-il avoir peur de dire non au ministre de Macron ? Non ! ».
Il rappelera la favorable position des USA en déclarant, « au même moment, c’est un ministre des affaires étrangères (des USA) plus puissant qui dit que la décision appartient au peuple ».
Le ministre Komara a quant à lui annoncé la mise en place d’un directoire de campagne qui sera décentralisé dans les préfectures. Il émet le souhait de voir se dérouler campagne civilisée et apaisée, il invite donc les militants du parti à participer massivement à ces campagnes de proximité.

Répondant aux opposants qui critiquent le fichier électoral, il remonte le temps, « de 2002 à 2008, il ya une augmentation de 2.323.912 électeurs, ce jour là, tout le monde a apprécié le fichier, cela a été suivi par la communauté internationale, l’union Européenne et la Francophonie. Nous n’avons rien fait sans associer les partenaires étrangers et l’opposition. Il ya eu une évolution de 2008 à 2015, nous sommes passés à 6.080.634 électeurs, là aussi tout le monde a apprécié on a dit allons aux élections, vous constatez à chaque fois qu’il ya une évolution de 2 millions, cette fois ci nous sommes à 2 millions 300, c’est la même logique qui est là ».

Il a enfin démenti les propos du président de l’UFDG et de ses compairs qui disent que des personnes ont été écartées dans ce fichier, d’un ton caustique, il dira, « ce n’est pas le fichier qui est malpropre, mais au contraire, c’est eux qui sont malpropres parce qu’ils ne veulent pas du bonheur de la Guinée ».

Maka N’denda