+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Pays pétrolier, l’Algérie est gangrenée par la corruption, à l’origine de protestations populaires persistantes.

Un «prix national de la meilleure recherche scientifique et œuvre journalistique en matière de prévention et de lutte contre la corruption», a été institué en Algérie. La création de ce prix a été annoncée, le 14 novembre 2019, par Tarek Kour, président de «l’organe national de prévention et de lutte contre la corruption» (ONPLC).

Tarek Kour s’exprimait lors d’une journée d’études organisée par l’ONPLC et consacrée à l’examen de l’avant-projet de «politique nationale de prévention contre la corruption», a rapporté l’Agence algérienne de presse (APS).

L’institution de ce prix a pour objectif «d’encourager la recherche scientifique en vue de promouvoir la bonne gouvernance et lutter contre la corruption», en application d’une loi algérienne relative à la prévention et la lutte contre la corruption. Cette loi investit l’ONPLC de la mission «d’encourager toute activité de recherche allant dans ce sens», a précisé Tarek Kour, cité par l’APS.

L’ONPLC mise sur les observations, propositions et recommandations qui jailliront de ces rencontres afin de renforcer la politique globale de prévention et de lutte contre la corruption, a-t-il plaidé. Pays pétrolier, l’Algérie est gangrenée par la corruption, à l’origine de vastes protestations populaires qui ont contraint l’ancien président «Abdelaziz Bouteflika» à démissionner, le 2 avril 2019, après 20 ans de règne.

Notepad

Les informations suivantes ne sont pas acceptée de publier

dpa.de