+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

RPG-AEC: COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SAMEDI 11 JANVIER 2020.

L’Assemblée générale hebdomadaire s’est tenue ce samedi 11 janvier 2020 au siège principal du RPG arc-en-ciel de Gbéssia sous la présidence de M. Sory Sow (membre du Bureau politique du RPG arc-en-ciel).

Avant l’entame des discours, M. M’bany Sangaré (DG du CGC), s’est chargé de présenter les nouveaux adhérents, c’est ainsi qu’il a présenté le Mouvement Jeunesse Dynamique de la Sig Madina composé d’une vingtaine de jeunes (MJDSM) qui a adhéré au RPG arc-en-ciel. Les femmes du Sèrè Néné Binta ont claqué la porte de l’UFDG au profit du RPG arc-en-ciel.

À sa prise de parole, le ministre Lansana Komara a comme il l’avait fait la semaine passée, a exhorté les militants du parti à participer massivement à l’opération affichage-correction qui s’opérera les jours à venir dans les CAERLES.

Il enchaîne en égratignant l’opposition qui selon lui, « est toujours dans son exercice favori de contestation, à chaque élection, ils ont quelque chose à dire. Ils sont entrain de contester le fichier et le président de la CENI. Le fichier dont ils parlent, ils ont été au coeur de sa conception et ce fichier a été suivi par les organisations internationales, ces partis ont toujours des arguments, sinon ce n’est pas un problème de fichier ni de président de la CENI ».
Et comme pour signifier l’impossibilité de satisfaire cette opposition, il renchérit, « dans ce pays, nous avons même importé un président de la CENI pour surveiller nos élections, mais malgré tout ils ont été battu à plate couture ». Il a assuré que le peuple de Guinée dans son entièreté ira aux élections législatives du 16 février 2020. Il exhorte aussi les militants à se rendre massivement aux urnes le16 février plébisciter le RPG arc-en-ciel.

Précisant le type d’opposition souhaité à l’assemblée, il déclare, « nous avons besoin d’une opposition responsable à l’Assemblée nationale ».
L’honorable Amadou Damaro Camara a quant à lui commencé par révéler que, « ce fameux FNDC n’est qu’une couverture, c’est l’UFDG, Sanoh et son organisation, les deux là travaillent ensemble depuis longtemps, si vous vous souvenez nous les avons dénoncés depuis 2 ans pour dire que Sanoh n’était pas de la Société civile, mais qu’il était une forme habillée de l’UFDG ».

Pour ce qui concerne le droit et la liberté de participer aux élections, il lance, « chacun est libre d’aller aux élections ou de ne pas aller, mais des gens qui se disent démocrates déclarent qu’ils ne vont pas et qu’il n’y aura pas d’élection, on appelle ça de l’arrogance, c’est de l’arrogance de la part de Cellou et de Sydia ».

D’un ton moqueur, il poursuit, « Cellou est dans quelque chose qu’il ne connait pas, je crois que Sydia l’a amené sur une mauvaise pente, Sydia n’avait même pas de candidat dans les uninominaux, il savait qu’il allait être battu à plate couture, il savait que son mythe allait tomber, son souhait était qu’il n’y ait pas d’élection. Malheureusement ou heureusement pour nous il a entraîné son petit frère (Cellou Dalein) qui est dans la politique sans savoir c’est quoi la politique ».

Pour lui, leur mot d’ordre est susceptible de créer des affrontements, il exhorte donc les militants du RPG arc-en-ciel à ne pas tomber dans le piège tendu par l’opposition qui criera comme d’habitude au ciblage.

Il décrira Aboubacar Soumah comme un businessman, « Soumah veut faire de l’organisation du SLECG un fond de commerce, il n’est en grève que lorsqu’il ya manifestation de l’opposition, mais heureusement nous félicitons les parents d’élèves, nous félicitons les élèves pour n’avoir pas répondu à cet appel qui n’est rien d’autre que politique, il n’ya aujourd’hui aucune revendication du SLECG que le gouvernement n’ait acceptée ».

S’adressant à la jeunesse du RPG arc-en-ciel, « le devoir de la jeunesse du RPG c’est d’être vigilant pour empêcher la démocratie d’être entachée », il poursuit en ces termes, « le peuple a le droit de changer ses lois même si elles sont les meilleures ».

Par ailleurs, Il considère que le sujet de la nouvelle constitution repose sur « une question simple, oui ou non on est d’accord pour une nouvelle constitution ? personne ne devrait mourir pour ça, personne ne devrait être blessé pour ça ». Il continue en déclarant, « limiter les mandats ce n’est pas le critère de la démocratie, c’est la possibilité réelle donnée au peuple de choisir ses dirigeants qui est la vraie démocratie ».

Comme pour justifier que la démocratie est évolutive, il donne l’exemple des USA où le mandat n’a été limité que récemment et où on n’a permis aux noirs de voter que bien plus tard. Quant à la France, elle n’a permis aux femmes de voter qu’après une centaine d’années de démocratie. Pour conclure, il paraphrasera le président Alpha Condé qui disait « ce que vous n’acceptez pas chez vous, ne nous l’imposez pas ».

Maka N’denda