+224 625 130 505 info@guineesignal.com

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT CELLOU DALEIN DIALLO

Suite à l’attaque de son cortège lors de son retour à Conakry ce samedi 16 février, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a expliqué aux journalistes les faits.

« je dois dire que hier nuit, on m’a fait comprendre que M. Alpha Condé a dit que je viens attaquer les PA qui sont installés dans la commune, j’ai dit à la personne que ce n’est pas l’intention de Cellou ni de la direction nationale. Les gens ont fait une annonce disant que je revenais ce samedi et que tout le monde était convoqué au siège, cela fait un mois que je suis pas en Guinée, beaucoup d’événement se sont passés. Néanmoins j’ai instruis d’aller rassurer les gens qui sont dans les PA, j’ai demandé à ce qu’on mette des militants à côté (agents de maintien d’ordre) pour dire que les PA n’étaient nullement visés, vous avez constaté qu’à côté de chaque PA, il y avait des agents de maintien d’ordre ».

Il explique que tout se déroulait bien jusqu’à ce que le cortège arrive à Gnariwada, à ce niveau le cortège a été gazé et son véhicule fortement touché par les voitures de police, « de l’aéroport à Gnariwada ça s’est bien passé, je saluais courtoisement les gendarmes au niveau des PA qui répondaient aussi courtoisement. Tout se passait bien à la satisfaction de l’UFDG, mais il y avait sans doute d’autres qui n’étaient pas satisfaits. À Gnariwada tout a changé, on a senti qu’on était attaqués, le gaz lacrymogène commençait à pleuvoir et les véhicules (de la police) ont commencé à rechercher mon véhicule, ce qui est un élément nouveau sauf la tentative d’assassinat dont j’ai été victime à Belle-Vue où un agent en uniforme est sorti, a visé et tiré; on a toujours pas de rapport d’enquête. Donc il se sont bousculés et ont commencé à attaquer ma voiture avec les voitures (Mamba) ».

Acculé de toutes part par les forces de l’ordre, le président de l’UFDG est descendu de sa voiture pour demander aux forces de l’ordre ce qu’elles voulaient ou si elles voulaient le tuer, elles continué à l’arroser de gaz lacrymogène jusqu’à ce que sa garde rapprochée le prenne pour le mettre à l’abri dans le quartier. Il soupçonne clairement une volonté manifeste d’attenter à sa vie, « la force et la violence avec laquelle on a attaqué ma voiture, montre clairement une volonté d’attenter à ma vie, cette violence inouïe contre un député de la république, le chef de file de l’opposition, parce qu’il y avait beaucoup de voitures à côté de moi qui n’ont pas subi le même traitement, quelle est l’intention ? Alpha a donné l’autorisation à Baffoé de m’attaquer. Au début c’était sympathique, mais comme il y avait une mobilisation moyenne, il fallait m’empêcher d’arriver au siège. Ce n’est personne que Alpha, qui pour justifier son action, a dit que je viens attaquer les PA ».

Conscient de la radicalisation du régime Condé et de l’insécurité dans laquelle il vit, il promet de ne point reculer et dit être déterminer à le mener jusqu’au bout même au prix de sa vie.

Maka N’denda (UFDG)