+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Ce vendredi 9 août 2019 à Conakry, l’Agence française pour le développement (Afd) a présenté son nouvel outil pour soutenir les pays vulnérables aux effets du changement climatique, comme la Guinée  et qui vont bénéficier de 30 millions d’euros du programme Adapt’Action de 2017 – 2021.

Avec un montant de 30 millions d’euros sur une durée de 4 ans, le programme Adapt’Action accompagnera 13 pays, avec un focus prioritaire sur 11 pays africains, identifiés à la suite de 6 missions effectuées en novembre 2017 pour déterminer les plus vulnérables au changement climatique pouvant bénéficier de la facilité.

 

En Afrique, il y a les Pays les moins avancés (PMA): Guinée, Niger, Congo Brazzaville, Sénégal, Tunisie, Côte d’Ivoire, Ghana, Cameroun et les Petits Etats insulaires en développement (PEID): Comores, Madagascar et Maurice.

 

En plus de la République Dominicaine et du Cuba sur le continent américain, deux autres organisations sous régionales (la Commission de l’Océan indien et l’Organisation des Etats des Caraïbes du Sud) font également partie des bénéficiaires.  

 

L’Adapt’Action s’articule autour de trois axes d’interventions. L’appui au renforcement des capacités et à la gouvernance climat pour la consolidation, la mise en œuvre et le suivi des Contributions déterminées au niveau national (CDN), l’appui à une meilleure intégration des engagements pris dans les CDN dans les politiques publiques sectorielles, notamment dans le domaine de l’adaptation au changement climatique; et l’appui à la préparation de programmes structurants dans le domaine de l’adaptation au changement climatique.

La mise en œuvre de l’accord de Paris et des CDN constitue  le principal défi à relever  afin de faire émerger des projets climat finançables par l’AFD et la finance climat internationale dont la priorité est donnée à l’adaptation aux impacts du changement climatique, un domaine dans lequel les pays les plus vulnérables ont exprimé un besoin particulier d’accompagnement.  

 

La directrice adjointe de l’Afd en Guinée, Safia Ibrahim-Otokoré, souligne que son institution est l’un des premiers bailleurs de fonds internationaux à avoir intégré la lutte contre le changement climatique dans ses pratiques.

Elle précise que l’Accord de Paris sur le climat signé en 2015 impose au groupe Afd et à Expertise France d’accompagner de manière plus ambitieuse un changement fondamental et rapide des modèles de développement des pays, des acteurs économiques et surtout de renforcer le dialogue sur les politiques publiques.

«La France souhaite accélérer la mise en œuvre de l’Accord de Paris dans son territoire, dans l’Union européenne. Et sur le plan international, l’Afd doit poursuivre la transformation de ses modes de faire et de ses instruments. D’où la présentation aujourd’hui de cette facilité Adapt’Action qui est une innovation. Adapt’Action s’aligne sur les besoins de la Guinée en venant compléter les appuis de l’Afd et des autres partenaires techniques et financiers déjà existants dans le pays».

 

Lors de la Cop 21 de Paris sur le changement climatique, la Guinée a présenté ses Cdn et s’est engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30% dont 13% d’ici 2030, et de mettre en œuvre des actions pour préserver les ressources naturelles telle que l’eau, les ressources forestières et la résilience des communautés.

 

En Guinée, le programme Adapt’Action a commencé en février 2018 avec une mission d’identification à l’issue de laquelle les experts de l’Afd ont pu discuter avec les ministères sectoriels, les partenaires techniques et financiers sur les différents enjeux climats.  Il y a eu 9 activités qui ont été identifiées sous les 3 axes de la facilité.

 

C’est ainsi qu’un protocole d’entente a été signé avec la Guinée.  A date, explique le coordinateur régional dudit programme, Abdoul Gafarou Tchalaou, un appel d’offres a été lancé pour le renforcement des capacités de la coordination climat.

 

«Les deux termes de référence pour l’intégration de plans d’actions dans le plan de développement local et aussi une intégration de l’adaptation au changement climatique dans les projets et programmes du Pniasan viennent d’être validés ainsi qu’une fiche de prestation qui concerne l’appui à la météo pour le développement de service climatique adapté aux besoins des usagers finaux et aussi à la modernisation desdites infrastructures», explique M.Tchalaou qui est le coordinateur pour la Côte d’Ivoire, le Ghana et la Guinée.  

 

Au titre de ce programme, la Guinée va bénéficier d’un montant global avoisinant 1 million 650 mille euros répartis comme suit: 150 mille euros pour le renforcement des capacités, 500 mille euros pour l’intégration des enjeux d’adaptation dans les politiques sectoriels et 1 millions d’euros pour la préparation de projets.

 

L’objectif ultime de cette facilité est qu’à la fin, chaque pays puisse avoir 2 ou 3 projets. Pour le cas spécifique de la Guinée, déjà deux projets sont identifiés: la préparation de projets sur la restauration du paysage forestier que l’Afd va soumettre au Fonds vert climat (Fvc) et le second, la préparation  du programme de modernisation des infrastructures hydro-météo du pays.

 

Avec 8 millions d’euros par an avant 2010 et entre 40 et 60 millions jusqu’en 2016, l’engagement du groupe Afd a dépassé 138 millions d’euros en 2018 en Guinée.

 

Par Le Populaire