+224 625 130 505 info@guineesignal.com

Au moins 170 personnes sont décédées dans deux naufrages en mer Méditerranée ces derniers jours, selon l’OIM qui a recueilli les témoignages de quatre rescapés. Une femme enceinte et deux enfants, dont un bébé de deux mois, figurent parmi les victimes.

Environ 117 migrants sont vraisemblablement décédés dans le naufrage d’un bateau vendredi 18 janvier en Méditerranée, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). La veille, 53 autres personnes ont également perdu la vie en Méditerranée. 

L’organisation onusienne a été informée des détails du naufrage de vendredi grâce aux témoignages de trois survivants interrogés par le personnel de l’OIM samedi sur l’île de Lampedusa. Deux Soudanais ont d’abord été déposés par la Marine italienne, expliquant avoir survécu au naufrage de leur embarcation surpeuplée qui avait quitté la Libye le jour d’avant. Un troisième survivant, originaire de Gambie, a ensuite confirmé les détails donnés par les deux premiers.

Plus de 10h passées à dériver en mer

Selon les trois hommes, environ 120 personnes, majoritairement d’Afrique de l’ouest, se trouvaient sur la même embarcation qu’eux. Une quarantaine de passagers étaient également des Soudanais.

“Ils ont quitté le port de Garabulli en Libye jeudi soir. Après 10h en mer, le canot a commencé à prendre l’eau et les passagers se sont noyés”, rapporte l’OIM dans un communiqué reprenant les témoignages des trois survivants. Ces derniers “sont parvenus à se maintenant à la surface pendant plusieurs heures avant d’être repérés par un avion de la Marine italienne à environ 50 miles des côtes libyennes.” Un hélicoptère les a ensuite déposés à Lampedusa.

Les trois survivants indiquent qu’une dizaine de femmes se trouvaient parmi les victimes dont une était enceinte. Également deux enfants ont été vu à bord, dont un bébé de deux mois.

Plus de 50 morts dans un autre naufrage

La nouvelle de ce drame arrive 24 heures à peine après celle d’un naufrage au large des côtes espagnoles ayant fait 53 morts, selon le témoignage d’un autre survivant.

Dans le même temps, l’ONG Sea Watch a annoncé avoir secouru 47 migrants tandis que deux jours auparavant, ce sont 68 migrants qui avaient été sauvés par les garde-côtes italiens.

Le bureau de l’OIM en Libye a également indiqué samedi “qu’au moins deux opérations de sauvetage menées par les garde-côtes libyens avaient eu lieu. Des dizaines de personnes, dont des femmes et des enfants, ont donc été rapatriées en Libye”. L’OIM cherche actuellement à obtenir des informations sur les survivants.

Ce regain de tentatives de traversées malgré les conditions hivernales peut s’expliquer par la météo plus clémente. « Après plusieurs jours de mer agitée, les trafiquants d’êtres humains ont profité de ce week-end de mer calme pour agir à nouveau », a ainsi déclaré la présidence du Conseil de ministres italiens dans un communiqué publié dimanche.

En seulement trois semaines, depuis le début de l’année 2019, au moins 200 migrants ont péri en Méditerranée, selon les chiffres de l’ONU.

Avec infomigrants