Accueil ACTUALITES Guinée : compte rendu de l’AG de l’UFDG du 26 janvier 2019
Guinée : compte rendu de l’AG de l’UFDG du 26 janvier 2019

Guinée : compte rendu de l’AG de l’UFDG du 26 janvier 2019

0

COMPTE RENDU AG-UFDG DU 26 JANVIER 2019.

L’Assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG s’est déroulée ce samedi 26 janvier 2019 au siège de la Minière dans une ambition festive. Elle était présidée par l’honorable Kalemodou Yansané, maire élu de Matoto.

Le vice-président chargé des affaires économiques, Kalemodou Yansane, a dès l’entame de son discours, loué le courage et la détermination des militants qui, malgré les contraintes liées à la mesure de  »Conakry ville propre » de chaque dernier samedi du mois, ont effectué massivement le déplacement pour assister à l’Assemblée générale hebdomadaire du parti.

Il dénonce l’inefficacité de cette initiative, « la capitale Conakry est plus sale aujourd’hui qu’avant le programme de ville propre de chaque dernier samedi du mois, c’est un programme qui a véritablement échoué ».
Concernant la recomposition de la nouvelle CENI, il salue le choix judicieux du président de l’UFDG, « le choix est tombé sur d’éminents cadres du parti après plusieurs concertations, notre vice-président du parti, Bano Sow, Safa Tounkara, éminent informaticien, Marie Hélène Sylla, qui occupait de très haute fonction en France, nous avons enfin Diogo Balde qui est la cheville ouvrière de la commission électorale du parti ».

Sur le cas de la prorogation du mandat des députés, il rappelle, « vous savez depuis le 13 de ce mois, le mandat des députés est entré à expiration, dans les conditions normales la nouvelle assemblée devait être élue, le gouvernement a traîné le pas, même les élections communales qui se sont tenues le 04 février, dans 10 jours, nous serons le 04 février 2019, 1 an jour pour jour les élections communales ne sont pas terminées ».

Il soutient que la position du parti concernant la possibilité de siéger ou non à l’Assemblée nationale, dépendra de l’avis qui ressortira des consultations engagées avec la base du parti (concertations qui concernera même les fédérations extérieures). « ce que vous et les militants déciderez, c’est ce que les députés respecteront, nous sommes là parce que vous avez voté pour nous, aujourd’hui nous sommes en concertation ». Il a souligné que des concertations sont également en cours avec les partis de l’opposition.

Évoquant la décision du président de la république qui veut mettre fin au paiement en devises des locations, il rappelle que lors du discours mettant en exergue cette décision, Alpha Condé a estimé que les nombreux bâtiments qui poussent à Conakry sont ceux de cadres de l’opposition. Il rappelle cependant qu’aucun cadre de l’opposition ne gère un département ministériel ou une régie financière, il soutient que depuis 8 ans les bâtiments poussent comme des champignons à différents endroits de Conakry.

Toujours dans la même lancée, il dénonce les détournements dans certaines régies financières de l’État, « mais je dois vous dire qu’il y a 4 mois de cela, trois cadres des grandes régies financières (OGP,OGC et LONAGUI), sont (chacun) accusés sur des détournements de plus de 20 milliards de francs guinéens, et si jamais les inspecteurs se hasardent vers la douane, les impôts ou le projet des fêtes tournantes, on verra des milliards et des milliards ». Il estime qu’avec de tels montants détournés, il est possible de construire beaucoup de choses. Il salue une telle initiative à condition que les auteurs ne soient pas seulement condamnés à rembourser les montants volés, mais plutôt qu’ils soient punis conformément à la loi.

Par ailleurs, il a mentionné le retard accusé dans la mise en place des exécutifs communaux, citant pour exemple la commune de Ratoma où le maire est toujours considéré  »persona non grata » au sein de la commune.

Pour Matoto, il a apporté une précision sur la plainte du parti auprès de la cour suprême, « il y a une précision de taille pour ce qui concerne Matoto, nous avons effectivement saisi la cour suprême, mais pas pour un contentieux électoral, nous n’avons pas de contentieux pour ce qui concerne cette commune, il est clair pour nous que le maire élu est Kalemodou Yansané, celui qui n’est pas d’accord doit aller se plaindre auprès du juge électoral à Mafanco. Nous avons porté plainte auprès de la cour suprême contre l’abus, la déclaration et la décision administrative du ministre (MATD) ».

En outre, il est revenu sur la genèse du déroulement de son élection à la tête de la commune, l’incident provoqué par un des candidats du RPG et la décision illégale prise par le MATD, il a rappelé que l’avocat du parti a demandé au ministre Bourema Condé de notifié sa décision par un arrêté, une décision ou une note de service, ce que le ministre refuse car cela l’obligerait à justifier sa décision par une loi. Il espère que la cour suprême aura le courage de rappeler le ministre à l’ordre en lui rappelant qu’il n’a pas le droit de s’immiscer dans les affaires électorales.

Il a terminé en nourrissant le voeux de voir l’UFDG rafler la majorité au sein de la prochaine Assemblée nationale en vue de permettre au parti de diriger la Guinée.

Maka N’denda

Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *