+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Les organisations professionnelles de la pharmacie et le Ministère de la Santé sont enfin parvenus à un accord autour de la réduction du nombre de sociétés grossistes au niveau du secteur pharmaceutique guinéen.
La rencontre tenue mercredi 22 Mai dans la salle de réunion du Ministère de la Santé a regroupé les parties prenantes autour de la question.

Les débats étaient dirigés par le Secrétaire général du Ministère de la Santé, Dr Sékou Condé , entouré pour la circonstance, de ses proches collaborateurs ,notamment le conseiller juridique du Ministère de la Santé Maître Souleymane Touré , le Directeur des établissements hospitaliers et de l’hygiène Sanitaire Dr Aboubacar Conté, le Directeur des pharmacies et Médicaments professeur Falaye Traoré et son adjoint Dr Niankoye Gomou.
Du côté des organisations professionnelles de la pharmacie, il y avait l’ordre National des pharmaciens et le syndicat professionnel de la pharmacie.
C’est le lieu de rappeler que cette rencontre fait suite aux instructions données par le premier Ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana qui avait reçu le lundi 20 Mai dernier,les parties prenantes dans les locaux de la primature sur la question de réduction du nombre de sociétés grossistes afin de mieux contrôler les points d’entrée des Médicaments dans le pays. Là dessus ordre a été donné aux parties concernées de se retrouver rapidement pour définir ensemble les mécanismes et stratégies à faire prévaloir pour atteindre cet objectif.
La réunion de ce mercredi 22 Mai s’inscrit dans cette logique.
Les discussions ont porté sur cinq points essentiels à savoir :.
1 – La limitation du nombre de sociétés grossistes à ce jour ( de 58 à 3) conformément à la proposition faite par le Président de la République

2 -Les critères de sélection pour arriver au nombre 3

3 – Le chronogramme

4 -Les mesures d’accompagnement à prendre

5 -Les dispositions à prendre pour la répression des faux Médicaments avec la création de brigade MEDICRIME.

Dans les discussions, le Secrétaire général du Ministère de la Santé Dr Sékou Condé a fait savoir que la loi ne fixe pas le nombre précis de sociétés grossistes , cependant il a précisé que c’est au gouvernement à travers les textes d’application de définir un nombre raisonnable de Sociétés grossistes.
Aprés toute analyse faite par rapport aux pays de la Sous région, les parties sont convenues à opter pour 3 grossisteries.
Le Secrétaire général face à cette décision a attiré l’attention sur le processus qui doit se focaliser dans le temps et sur la base d’un schéma de présélection et de sélection.
Pour les critères de sélection, il a dit que c’est le juridique, la réglementation et le technique qui devront être appliqués pour déterminer la qualité des produits à mettre à disposition.

S’agissant du chronogramme ,la date du 13 juillet a été retenue comme délai butoire pour l’application de la loi et qu’à partir de cette date tous les agréments seront abrogés.
Une commission d’évaluation a été composée à cet effet et elle sera rendue opérationnelle dès le 15 juillet auprès des sociétés grossistes soumissionnaires pourvoir pourvoir leur éligibilité par rapport aux critères définis, en vue de pouvoir répondre aux exigences de Santé publique. Plusieurs autres questions relatives aux mesures d’accompagnement telles que la capitalisation de la PCG,le renforcement de l’inspection générale de la Santé, la promotion et la vente des produits génériques ont été passés au peigne fin.
En somme, les trois parties se sont mises d’accord sur le nombre de sociétés grossistes conformément avec les ratio soit une grossisterie pour 3 millions d’habitants ,les critères de sélection, le chronogramme. D’ici à fin Août ,les parties ont convenues de procéder à l’identification des 3 sociétés devant rester dans le portefeuille pour les besoins d’importation en Médicaments.

Hadja Fanta sow PF Communication Ministère de la Santé