+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

À quoi joue véritablement Marie Madeleine Dioubaté en allant contre les principes qui régissent et encadrent le fonctionnement du FNDC?
Alors que Mme Mamadi Bangoura et cie ont été officillement reconnus comme représentants et interlocuteurs légitimes pour la coordination du FNDC-France il y’a de cela plus de deux mois, un autre camp vient de voir le jour. À sa tête, Mme Marie Madeleine Dioubaté, Présidente du parti CPA et ancienne candidate à la dernière Présidentielle de 2015.
Cette cacophonie voulue et entrenue par la dame Dioubaté plonge plus d’un Observateur dans des doutes et sur ses motivations réelles à piloter la coordination FNDC-France, qui violerait même le reglèment intérieur du FNDC qui interdit à tout leader Politique de coordonner ses activités. Seuls les acteurs de la société sont habilités à le faire.
Selon une source, Ibrahima Sory Makanera serait l’homme des sales coups qui entretient tout le flou. La divergence est née d’abord autour du nom. Forces vives et FNDC. Ensuite, son refus de mettre son groupe qui évoluait jusque-là sous le nom de forces vives au compte du FNDC.
Vu la tension sur le terrain, le coordinateur National, Abdourahamane Sanoh semble être avec le premier groupe dirigé par la dame Mamadi Bangoura qui est de la société civile et dont le groupe fût reconnu à la première heure.
Cette usurpation du nom FNDC par le groupe de Marie Madeleine Dioubaté cache des intentions pour mener à l’eau tous les efforts consentis jusque-là par le FNDC.
Pourquoi le nommé Ibrahima Sory Makanera qui serait de l’UFR souhaite coûte que coûte mettre en place une structure parallèle et pourquoi a-t-il refusé de changer le nom forces vives au profit de FNDC?
Nous y reviendrons!

Par Habib Marouane Camara

Journaliste