+224 625 130 505 info@guineesignal.com

L’Assemblée générale hebdomadaire s’est tenue comme à l’accoutumée ce samedi 19 mars 2019 au siège de la Minière.

Avant le discours du président Cellou Dalein Diallo, l’honorable Kalémodou Yansané a fait une mise au point de la collecte de fonds lancée par le parti au nom des sinistrés de Kaporo rails, il a ainsi révélé que le parti a jusque là obtenu la somme de deux cent cinquante millions de francs guinéens, montant qui pourrait cependant évolué d’ici le mercredi (jour de la fin de la collecte).

À sa prise de parole, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a loué la détermination et la constance de ses militants. Fier du combat désintéressé de ses militants, il lance, « je sais qu’il y a beaucoup de partis qui, pour mobiliser 200 personnes sont obligés de dépenser beaucoup d’argent, vous êtes des citoyens engagés dans un combat noble, celui de faire en sorte que notre pays soit un pays de paix, de justice et de démocratie ».
Parlant de paix, il dit : « comme je le dis la paix se construit par la justice et le respect du droit des autres, nous avons le malheur d’avoir un État, un président de la République qui n’a pas le soucis du bien être des autres, parce que le bien-être commence par la justice et le respect de la dignité du citoyen ».
Le président de l’UFDG a aussi rendu un vibrant hommage au peuple algérien ainsi qu’à son armée, « je voudrais rendre hommage au peuple algérien qui est entrain de se battre dans la sérénité et dans le calme, mais massivement et fermement pour l’alternance démocratique, j’en profite pour féliciter les forces défenses et de sécurité de l’Algérie, ces forces se sont effacés, ou lorsqu’elles interviennent c’est pour encadrer et sécuriser les manifestants ».
Dans l’espoir que le comportement républicain de l’armée algérienne inspire celle de notre pays, il dit, « J’espère et je souhaite que ce comportement républicain inspire les forces de défense et de sécurité de notre pays, surtout lorsque bientôt, le peuple de Guinée, comme un seul homme se lèvera pour dire non à la modification de la constitution dans ses dispositions qui stipulent que nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ou non ». Il estime que le président Condé veut violer cette constitution pour s’octroyer une présidence à vie, mais il assure que le peuple de Guinée se dressera contre un tel projet.

Sur le cas de Kaporo rails, il a rappelé la position de l’opposition républicaine, « je voudrais ensuite réitérer la ferme condamnation de l’UFDG et de l’opposition républicaine du traitement dégradant, inhumain et injuste infligé aux populations de Kaporo rails et de Kipé 2 ». Dénonçant une méthode à l’allure vengeresse, il lance, « je vous le dis ici, c’est pas la bonne méthode, il y a de la haine, et des règlements de compte politique (la majorité des habitants de cette zone sont des militants de l’UFDG) dans ce comportement de notre gouvernement ». Il explique que l’État aurait dû se pencher sur la pertinence d’un tel projet à travers une étude d’impact, il estime que quelque soit l’urgence l’État devrait indemniser les sinistrés en les recasant.

Dans la même lancée, il dit, « on a besoin d’avoir à la tête de ce pays, des gens qui sont sensibles du sort des guinéens, qui qu’ils soient (…), on a perdu nos valeurs et nos repères dans ce pays ». Il condamne l’insensibilité du pouvoir face à cette tragédie humaine qu’il a lui même provoquée. Il rappelle que sa réaction relève de l’humanisme et non d’une quelconque affinité politique, le parti a apporté son soutien aux populations de Gaoual et de Koumana (Kouroussa) qui furent victimes d’inondations.
En guise de remerciements aux bonnes volontés, il déclare, « je félicite les militants et sympathisants du parti qui ont entendu notre appel malgré la difficulté dans laquelle ils végètent, ils se sont privés pour marquer leur solidarité aux victimes ». Profitant de l’occasion, il a révélé que le parti a apporté la somme de Sept millions pour la prise en charge de la fille grièvement blessée hier par un tir de gaz lacrymogène à Kipé 2 hier vendredi. Il évoque même une nouvelle contribution en cas de nécessité pour son évacuation.
Pour ce qui concerne les élections locales, il rappelle qu’au regard de la loi, les conseils de quartier auraient dû être installés quinze jours après l’installation des conseils communaux, il déplore la demande de maintien des anciens chefs de quartier par le MATD, Bourema Condé, ils sont les auxiliaires de fraude du pouvoir, d’où leur maintien. Selon lui le pays fonctionne selon l’agenda d’Alpha Condé qui ne respecte pas la loi qu’il a pourtant juré de respecter et de faire respecter. L’absence de la haute cour de justice lui garanti l’impunité.

Il constate qu’il n y a aucune visibilité pour l’organisation des élections législatives prochaines, le président Condé refuse de mettre à la disposition de celle-ci les fonds nécessaires à son organisation. Il dénonce une justice inféodée incapable de rendre aux 103 manifestants tués, incapable de recevoir les plaintes de l’UFDG concernant les fraudes électorales (à Manda Saran, Kolet et Nabou). Il estime que la Guinée est un État de non-droit, d’où son appel à une mobilisation continue des militants pour résister.

Maka Ndenda