+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

La gestion administrative des marchés de la Capitale jadis assurée par le Gouvernorat est désormais passée entre les mains des Collectivités locales. Quelles sont les causes de ce transfert de pouvoir? Quels sont les avantages liés à la gestion des marchés par les Collectivités locales?

Ibrahima Sory Ismaël Bangoura, chef services administrateur chargé du recouvrement au service financier du CADASTRE-Matam, rattaché à la Direction nationale du patrimoine de l’État et de l’investissement privé a répondu à nos questions. Lisez !

 

Bonjour M. Bangoura

Guineesignal: Dites-nous pourquoi la gestion administrative des marchés de Conakry est désormais la prérogative des Collectivités locales?

Bangoura : Je ne peux pas définir exactement les causes qui ont prévalu à ce transfert de pouvoir. Nous sommes des techniciens. Cependant, depuis l’installation des élus locaux, pour la zone spéciale de Conakry notamment, le gouverneur a publié une décision dans laquelle il restituait la gestion administrative des différents marchés de Conakry aux Collectivités locales.

Guineesignal: Quelle est votre appréciation de ce transfert de pouvoir?

Bangoura : C’est un plus pour les Collectivité locales. Depuis  près d’une dizaine d’années les Mairies  ne contrôlent pas la gestion administrative des différents marchés de Conakry. Si vous prenez Ratoma par exemple, le marché de Taouya n’était pas sous la gestion administrative de la Mairie de Ratoma. Par conséquent, les taxes étaient alors payées au compte du Gouvernorat. Désormais ce n’est plus le cas. La gestion des taxes prélevées dans ces marchés revient aux Collectivités locales. La réorientation des recettes générées dans ces marchés sera définie par les élus locaux selon les besoins de chaque Commune. Donc c’est un atout.

Guineesignal: Quels sont les marchés concernés par ce recensement et qu’en est-il de la procédure de recensement des boutiques et magasins?

Bangoura : Dans la Commune de Matam, quatre (4) marchés ont été répertoriés par la Mairie: Ennipra, le marché Avaria, le marché M’Balya et les deux gares routières de Madina. Depuis un mois des équipes sont déployées dans ces différents marchés afin de recenser l’ensemble des boutiques et magasins installés dans ces marchés. Des rapports ont déjà été déposés par les actuels administrateurs de ces marchés. Mais il était impérative de d’envoyer des équipes sur le terrain pour rééquilibrer les chiffres.

Guineesignal: Parlez-nous des difficultés que vous rencontrez dans ce processus de recensement?

Bangoura : L’une des difficultés repose sur la sous-traitance entre propriétaires et locataires. On n’est pas contre la sous-traitance, mais il faut la limité quand le bénéfice est disproportionné. L’autre difficulté c’est l’emprise des différents Centres commerciaux qui sont là. Nous avons constaté que c’était les propriétaires des magasins qui installent des étalagistes au bord de leurs boutiques, moyennant quelque chose. Toutefois, la gestion des boutiques et magasins du marché Ennipra est partagée entre la Société Sall et la Mairie de Matam. Mais tous les conteneurs sont au compte de la Mairie.

Guineesignal: Quel est votre mot de conclusion?

Bangoura : Je rappelle tout d’abord que ce recensement est un travail de longue haleine mais utile. L’objectif est de ficher tous les commerçants installés dans ces marchés afin de contrôler les ressources internes de la Collectivité. Pour atteindre cet idéal, je lance un appel aux autorités de nous fournir du matériel informatique afin de constituer une base de données pour stocker et mieux exploiter les informations collectées.

Ibrahima Sory Ismaël Bangoura je vous remercie!

Entretien réalisé par Thierno Mouctar Bah pour guineesignal.com