+224 625 130 505 info@guineesignal.com

Nous sommes à Kaloum. Après la rupture du jeûne ce vendredi soir et avant la prière surérogatoire(nafila), on a assisté à une sorte de révolte des fidèles qui protestaient contre ce qu’ils appellent campagne d’acharnement et de marginalisation à l’encontre de Malimou Alhassane SOUMAH ici en image. Ce dernier est le premier Imam de la mosquée du quartier sans fil secteur morifindja2. Mais depuis janvier 2018, il est suspendu par la ligue islamique communale pour avoir été sur la liste de candidature indépendante aux élections locales présentée par Aminata TOURE(fille de Sekou TOURE). Après plus d’une demi-heure de cafouillage nocturne, cet imam très populaire nous a confié dans la foulée qu’avec cette suspension, ses collègues lui avaient interdit même l’accès à la mosquée. C’est sur la chaussée à côté de ce lieu de culte qu’il étalait son tapis pour effectuer ses prières. C’est ce que les populations de Coronthie et sans fil ne voudraient plus voir. Ce soir donc, les fidèles venus nombreux lui ont demandé d’effectuer ses prières désormais à l’intérieur de la mosquée alors que d’autres imams s’y opposeraient. Tout serait parti de là. Mais en plus de ces explications, y a aussi l’affaire de sacrifices à partager entre imams. Sacrifices auxquels l’imam suspendu n’a pas droit tant qu’il n’est pas rétabli dans ses fonctions. Il faut signaler qu’une délégation de la ligue islamique s’est rendue sur place cette nuit même et les protagonistes sont invités ce samedi matin au centre islamique de Donka. De leur côté, les manifestants disent que tout ce qu’ils attendent des autorités à l’issue de la rencontre de ce samedi, c’est le retour de Malimou Alhassane comme premier imam de leur mosquée.
Source : Sekou Pendessa Gangan TV (Sidi Diallo)