+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

KINDIA : les anti-troisième mandat passent outre l’interdiction

Leur manifestation avait été interdite par la mairie de Kindia. Et eux-mêmes s’étaient montrés quelque peu discrets ces dernières heures. Mais visiblement, c’était stratégique. En effet, selon des sources basées à Kindia, les anti-troisième mandat viennent de sortir de leur silence. Déployant des bannières et drainant une foule qui grossit au fil de la marche, ils sillonnent la ville des agrumes avec comme principal slogan : « troisième mandat, Amou Lamma ». Du côté des promoteurs d’une nouvelle constitution, la grande mobilisation qui était annoncée reste encore très timide. Au point que les organisateurs, nous dit-on, ont importé des jeunes d’ailleurs pour pallier au faible enthousiasme des populations de Kindia.

Dans les quartiers de Kindia, le grand meeting suscite peu d’engouement. Au-delà de la désapprobation du projet de modification de la constitution, les jeunes disent n’avoir pas eu leur part de l’argent qui a été débloqué pour faire la mobilisation. Du coup, l’essentiel des jeunes qui font de l’animation à la place des martyrs viennent de très loin et notamment de Conakry. Des jeunes venus à bord d’une dizaine de bus encore stationnés aux abords de la place des martyrs, devant la préfecture et en différents endroits du quartier Manquepas.

Pour le reste, à travers la ville, les activités tournent au ralenti. La plupart des boutiques sont fermées. « Nous fermons par peur de représailles car nous avons appris que des groupes antagonistes vont s’affronter, nous avons peur de subir des conséquences qui découleront de leur bagarre », explique un commerçant.

Même au niveau du marché des denrées (Yenguéma), les vendeuses sont quelque peu aux aguets. « Nous sommes en alerte, c’est pourquoi nous n’avons pas sorti beaucoup de marchandises. Ainsi, quand les mouvements vont commencer, nous allons rentrer rapidement. Mais en attendant, nous n’avons pas le choix, nous cherchons à manger pour nos enfants », explique une vendeuse.

Lu sur la page facebook de la troisième dynamique