Accueil ACTUALITES Le gouvernement guinéen entre crie de cœur des citoyens, taxi-mans, et la menace des syndicalistes d’aller en grève dans les 72h qui suivent.
Le gouvernement guinéen entre crie de cœur des citoyens, taxi-mans, et la menace des syndicalistes d’aller en grève dans les 72h qui suivent.

Le gouvernement guinéen entre crie de cœur des citoyens, taxi-mans, et la menace des syndicalistes d’aller en grève dans les 72h qui suivent.

0

L’augmentation du prix du litre du carburant à la pompe est rendue officielle depuis la nuit du samedi. Une décision qui a pris effet le dimanche, 1er juillet sur l’ensemble du territoire national. Bémol, aucune autorité ne s’est prononcée ne serait-ce que pour  réguler le transport urbain. Conséquence : chaque transporteur fixe le prix du tronçon à sa guise. Ce qui suscite assez de  salives entre transporteurs et passagers auxquels notre reporter.

Thierno Mamadou Barry, chauffeur, sollicite que le gouvernement  fixer le tronçon à 2000FG«cette augmentation du prix du litre du carburant à la pompe n’est pas du tout bon pour la population précisément nous les taxi-maitres, les 10.000FG là quand tu prends  5 passagers de aéroport en ville qu’est ce qui tu va gagner dans ça entant que père de famille. Les policiers vous fatigue, vous payez les billets aussi avec le syndicat des transporteurs ça cas même ce n’est pas facile. Et ce que nous voulons aussi qu’on augmente le tronçon à 2000FG, c’est ce qui pourra nous arrangés, il ne faudrait pas que l’Etat tombe sur nous cette fois-ci encore »

 Selon Moussa Camara  l’Etat ne devrait pas augmenter le  prix   du carburant pour éviter d’augmenter la peine des pauvres. « Nous disons qu’ils n’ont cas diminuer le prix du litre du carburant à la pompe, parce que cette augmentation c’est nous pauvres citoyens qui payons les frais. Cette augmentation poussera les taxi-mans d’augmenté le transport tout ça c’est la peine de la population. Donc ils n’ont qu’à avoir pitié de la population, le président doit avoir pitié de sa population pour lui permettre de vivre »

Nombreux sont des observateurs qui ne comprennent pas que les autorités décident d’augmenter le prix du  litre du carburant à la pompe  sans penser à réguler le déplacement urbain et inter urbain. Dans la foulé le centrale syndicale USTG-CNTG a tenue une réunion au cours de laquelle elle demande le gouvernement de procédé au maintien du prix du litre du carburant à 8000FG dans les 72h qui suivent au risque de lancer une grève générale illimité.

Oumar Camara pour gs.

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *