+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Une délégation de la section préfectorale des eaux et forêts de Lélouma, conduite par le chef du service, Toupou Koïkoï, effectue actuellement une tournée d’information et de sensibilisation dans les 11 collectivités décentralisées de la préfecture. 

Les autorités politiques et administratives locales veulent s’impliquer davantage dans les missions de protection de l’environnement et de lutte contre les feux de brousse, rapporte le correspondant de l’AGP près le Gouvernorat de la Région Administrative (RA) de Labé. 

Cette mission porte essentiellement sur la diffusion des textes législatifs et règlementaires en vigueur en matière de protection de la faune et de la flore.

Les techniciens des Eaux et Forêts de la préfecture ont déjà été reçus successivement dans les communes rurales de Manda Saran, Thianguel-Bori, Linsan-Saran, Lafou, Diountou, Hérico, Sagalé, Balaya et Parawol. 

Ils sont également attendus ce lundi, 28 janvier 2019 à Korbé et le mardi, 29 janvier 2019, dans la commune urbaine de Lélouma.

Partout où ils sont passés, ils ont délivré le même message : « en cas de feux de brousse, dans une localité, si on ne retrouve pas les présumés auteurs, nous allons interpeller les élus locaux » prévient le chef de la Section des Eaux et Forêts de Lélouma, Toupou Koïkoï.

Cette initiative de la tournée d’information et de sensibilisation, première du genre dans la préfecture de Lélouma, a vivement été saluée par les autorités des collectivités déjà visitées.

« Franchement, ce contact avec les populations à la base va arranger beaucoup de choses. Ils ont montré le code forestier en expliquant les peines prévues en cas de destruction de l’environnement. Les peines vont jusqu’à 30 millions de francs guinéens. Personne ne veut avoir à payer un tel montant. Nous allons aussi organiser des tournée d’information et de sensibilisation » confie le maire de la commune rurale de Sagalé, Amadou Mouctar Diallo.

Il est aussi question de la mise en place des comités villageois de lutte contre les feux de brousse, explique le chef de la section des Eaux et forêts de Lélouma, Toupou Koïkoï.

«J’ai invité tout le monde à mettre en place les comités villageois dans le souci d’aider le service forestier. Dès qu’un feu de brousse se déclare, le comité est chargé de se rendre en urgence sur les lieux pour en alerter toutes les populations riveraines » a-t-il précisé.

Selon ce technicien des Eaux et Forêts, tous ceux qui refuseront de prêter mains fortes en cas de feu de brousse déclaré dans la préfecture de Léloumas’exposeront désormais à des poursuites judiciaires.

AGP