+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Plus de 8000 nouveaux cas de cancer du foie sont découverts chaque année en France. Bien souvent, il s’agit d’un cancer difficile à diagnostiquer car il évolue souvent de façon silencieuse. Quelles en sont les causes ? Explications avec le Dr Bertrand Hanslik, gastro-entérologue et hépatologue à Montpellier et Président de la commission Hépatologie du CREGG*

La cirrhose du foie

En Europe, 80 % des cancers du foie sont diagnostiqués chez des personnes atteintes de cirrhose, une affection au cours de laquelle le fonctionnement du foie s’altère de manière progressive et irréversible. Pourquoi : sous l’influence d’une longue exposition à certains toxiques, virus…, l’architecture du foie se modifie et se déstructure, entraînant une fibrose, puis une cirrhose. Celle-ci rend le foie incapable de remplir ses fonctions habituelles et constitue le terrain favorable au développement d’un cancer.

Au rang des facteurs de risques : « on retrouve principalement l’alcoolisme, les virus des hépatites B et C*, mais aussi d’autres facteurs**. Ensuite, n’importe quelle agression chronique peut entraîner une inflammation du foie, une fibrose entraînant une cirrhose et un cancer. », explique le Dr Hanslik.

* voir paragraphe 2** voir les prochains paragraphes

L’hépatite chronique B ou C

Les virus de l’hépatite B et de l’hépatite C sont la première cause de cancer du foie dans le monde. Pourquoi : ils peuvent entraîner une infection chronique du foie, qui à long terme, augmente le risque de fibrose, puis de cirrhose et de cancer. Sachez-le : les deux virus se transmettent par le sang et les relations sexuelles, et les personnes atteintes d’hépatites chroniques B ou C sont suivies médicalement de façon très régulière. Les deux affections touchent aujourd’hui près de 500 000 personnes en France.

La vaccination contre l’hépatite B est recommandée. Il n’en existe pas pour le moment pour l’hépatite C, mais celle-ci se guérit très simplement avec les traitements actuels. « On conseille à toute personne adulte de se faire dépister car plus de 60 000 Français sont infectés par le virus de l’hépatite C aujourd’hui sans le savoir. », explique le Dr Hanslik.

Source: e-sante.fr