Accueil ACTU INTERNATIONALE Les jours de Béchir sont-ils comptés au Soudan ?
Les jours de Béchir sont-ils comptés au Soudan ?

Les jours de Béchir sont-ils comptés au Soudan ?

0

Les manifestations continuent au Soudan malgré leur répression par les autorités. Les journaux allemands se demandent combien de temps le président Omar el-Béchir tiendra face à ce mouvement populaire sans précédent.

Ils n’ont jamais été aussi nombreux, titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung à propos du mouvement de révolte qui a démarré le 19 décembre à cause de l’augmentation du prix du pain.

Depuis, le mouvement s’est étendu à 18 régions et jusque dans la capitale Khartoum. Étudiants, syndicalistes de tous bords et opposants politiques sont dans la rue. Pas un jour ne passe sans que brûlent des barricades et que la police et l’armée tirent des gaz lacrymogènes contre les manifestants.


Les forces de l’ordre sont de plus en plus brutales envers les manifestants qui réclament le départ du président Omar el-Béchir, dénonce die tageszeitung. Le journal cite l’exemple d’un jeune médecin, abattu de sang-froid alors qu’il aidait un blessé. Les forces de sécurité ont également pris d’assaut un hôpital pour traquer les manifestants.

Malgré les dangers, la contestation n’a jamais été aussi déterminée. Selon un expert d’Amnesty International cité dans la taz, « toutes les couches sociales, toutes les professions et les régions sont représentées. On a même vu des enfants de fonctionnaires dans les manifestations ».

Il est remarquable, relève encore die tageszeitung, que les manifestations aient démarré au nord de Khartoum, dans une région dont est issue l’élite politique du pays.

C’est de là que vient Omar el-Béchir. Sa popularité s’effrite même au sein de l’armée qui l’avait portée au pouvoir en 1989. Il y a des spéculations selon lesquelles un coup d’État pourrait mettre fin à sa présidence, affirme la taz.


Combien de temps l’armée va-t-elle encore soutenir Omar el-Béchir ? s’interroge la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui donne la parole à Ulrich Delius, de la Société allemande pour les peuples menacés.

 « Le président soudanais a réussi ces dernières années à imposer la présence de milices islamistes au sein de l’armée et de la garde présidentielle, tout en évitant la concentration de pouvoirs concurrents », affirme l’expert selon lequel il n’est pas exclu que les islamistes tentent de placer un de leurs hommes au sommet avant que le pouvoir ne s’effondre.

Le président Béchir a également perdu le soutien des hauts dignitaires musulmans du pays. À Khartoum, rapporte la FAZ, les imams ont prié pour les opposants au régime tués et dénoncé un pouvoir « incompétent qui ne sait que matraquer les manifestants et percevoir des impôts ».

Il est possible que la situation économique désastreuse soit fatale à Omar el-Béchir, concluent la Frankfurter Allgemeine et die tageszeitung. Le taux d’inflation officiel est de 73% et il serait même largement supérieur selon les économistes.

La dette extérieure est de 51 milliards de dollars. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ne peuvent pas accorder de crédit au Soudan qui est sur la liste américaine des pays qui soutiennent le terrorisme.

Source: dw.com

Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *