Accueil ACTUALITES Les raisons du report de la 16ème session du comité de suivi de l’accord politique
Les raisons du report de la 16ème session du comité de suivi de l’accord politique

Les raisons du report de la 16ème session du comité de suivi de l’accord politique

0

La seizième session du comité de suivi de la mise en œuvre de l’accord politique du 12 octobre 2016 devrait se tenir ce mercredi 27 septembre 2017 au Petit Palais. Une session qui a été finalement reportée à une date ultérieure.

Le président dudit comité, le Général Bouréma Condé, par ailleurs Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, en donne ici les raisons : « Comme d’habitude, chaque fois qu’une session du comité de suivi du dialogue est programmée, nous envoyons des lettres d’invitation à toutes les parties prenantes ; et lesquelles, régulièrement, sont présentes au jour et à l’heure indiqués. Quinze sessions se sont déroulées déjà de cette manière-là. Nous avons programmé depuis une semaine la seizième session. Et comme cela a l’habitude d’être fait, le courrier y afférent a été adressé à toutes les parties prenantes. Nous sommes arrivés ce matin donc, toutes les parties prenantes, traditionnellement réunies autour du dialogue, étaient là. Nous avons constaté l’absence de l’Opposition républicaine. Et sans vous le cacher, nous avons adressé une lettre d’invitation à l’opposition. Nous n’avons pas reçu de réponse allant dans le sens d’un empêchement. C’est pratiquement en rentrant dans cette salle que nous avons appris qu’il y a aujourd’hui l’enterrement de deux citoyens guinéens qui ont perdu la vie au cours des dernières marches. Précisons au départ que moi je n’étais pas à Conakry. Et donc, ayant fait ce constat, nous nous sommes dit, de toute façon, la Guinée est une famille. Un citoyen de perdu pour la Guinée c’est perdu pour toute la Guinée. Et ce n’est pas le jour de l’enterrement qu’il faut s’attendre à la présence de quelqu’un avec qui vous discutez des problèmes aussi sérieux que ceux de la Nation. Ça c’est un premier aspect. Un second aspect, c’est que nous-mêmes nous aurions su à temps que nous aurions fait le déplacement; ce n’est pas une première fois. L’on a souvenance qu’à Bambéto, le ministre d’Etat à la Sécurité et à la Protection civile, Me Abdoul Kabèlè Camara et moi-même sommes venus plus d’une fois prendre part à ces cérémonies-là. Donc, nous n’étions pas informés. Pourtant, d’habitude, le secrétaire général de l’UFDG, M. Aliou Condé, est prompt à nous aviser sur des situations de cette nature. Qu’à cela ne tienne, c’est des Guinéens que la Guinée a perdus, la Guinée tout entière donc est dans la consternation. Moins que ça déjà c’était suffisant pour ne pas tenir aujourd’hui cette seizième session du comité de suivi du dialogue, a fortiori quand il s’agit de ce cas-là, de la perte de deux citoyens guinéens. En nous excusant auprès des experts et des ambassadeurs accrédités en Guinée, qui sont tout le temps présents dans la salle comme observateurs, ainsi qu’auprès de la partie du dialogue qui était présente, à savoir la Mouvance, la Société civile, les représentants de la CENI et les experts techniques au niveau des différentes commissions, nous avons humblement demandé que soit reportée la seizième session à une date ultérieure, qui va être communiquée très prochainement.

J’en profite, au nom du Gouvernement, pour présenter toutes nos condoléances profondément émues aux familles éplorées et prie Dieu, dans Sa Puissance, que leur âme puisse reposer au paradis ! »

Service Communication du MATD

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *