+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Après réflexion dans un silence religieux sur l’attitude comportementale et désinvolte de l’actuel gouvernement par rapport à sa velléité du coup d’état constitutionnel envisagé, je me rends compte que la Guinée est victime de son élite ethniciste et clanique qui à cause de la lutte factionnelle pour le contrôle suprême de l’État à contribué à façonner comme jadis les colons les distinctions ethniques au sein de la société guinéenne.

Ainsi l’élite guinéenne pour atteindre cet objectif, dupe le peuple en faisant semblant d’accorder la priorité à l’intérêt de leur ethnie d’appartenance et pourtant c’est irrémédiablement faux. Et ils savent pertinemment que les conséquences d’une telle politique est dévastatrice pour le développement économique et social du pays, ils freinent non seulement le développement du pays, mais remet en cause le vivre ensemble des guinéens.

Nonobstant tout cela ils s’en servent quand même, puisqu’ils savent que le peuple de Guinée trop divisé, en manque de culture politique poussée avec un processus de consolidation de la nation guinéenne très loin d’être consolidé, pour faire du peuple de Guinée, un peuple uni et indivisible autour des idéaux comme unité, égalité, justice, développement pour tous, fraternité et solidarité, n’a pas encore le pouvoir de penser à un renouvellement radical de la classe politique guinéenne.

Cet instrument politique dangereux qui est l’ethnocentrisme politique se lis très souvent sur les mentalités et politiques des dirigeants et sur celle d’une faction de citoyens qui se croit supérieur aux autres : le débat politique actuel en fait foi et même s’ils sont conscients de la dangerosité de ce phénomène qui peut donner libre cours à des violences interethniques destructrices. Et des cas d’exemples de telles violences sur le continent sont très nombreux.

Ce fléau prédominant aujourd’hui dans la société guinéenne semble être alimenté par plusieurs facteurs qui se base sur les faits suivants :

1- Le leadership politique à la tête de la Guinée a toujours été lamentable. Le cas de l’actuel président Alpha Condé qui brille depuis 9ans par un manque de leadership extrême est un exemple palpable.

2- Le qu’il y ait un sentiment qui s’est installé en Guinée et qui implique que pour réussir, , que ce soit pour un emploi ou un appel d’offre dans le secteur public ou privé, l’élément déterminant est qui l’on connaît, souvent basé sur l’ethnie ou la région plus que sur les compétences et potentialités.

3- Il y’a aussi et surtout le fait que la Guinée à l’image de beaucoup d’autres pays africains, semble être devenue une société basée sur le patronage, ce qui alimente l’ethnocentrisme politique en lieu et place d’une société basée sur le mérite. Les cadres des partis politiques au pouvoir pour l’emploi sont utilisés à des fins opportunistes, ethncistes ou de factions. Les actuels dirigeants guinéens emploient parfois pour des positions clés au niveau gouvernemental et dans les grandes entreprises, des amis et des alliés provenant de leur propre région ou communauté ethnique, plutôt que des personnes selon leurs talents et compétences.

En effet cette tragique histoire guinéenne dont les conséquences sont pernicieuses sur la santé de la société guinéenne qui persiste et se pérennise en Guinée depuis son indépendance n’a permis pourtant qu’à une petite faction de profiter des richesses et malheureusement ils sont présents encore partout et dans l’opposition et dans la mouvance empêchant ainsi tout changement positif pouvant faire émerger la Guinée au profit de la population.

Élite guinéenne dans son entièreté , il faut alors retenir ceci: aucun gouvernement de ce monde basé sur l’ethnie, la région ou une faction politique ne peut être l’œuvre d’une prospérité durable, inclusive. Le contrat social vous liant avec le peuple de Guinée ne doit pas faire que quelques heureux ethniques. Et chacun dans la société guinéenne doit être protégé quelque soit son affiliation ethnique ou politique.

Il est urgent donc de chercher un moyen d’élimination de ce fait qui freine depuis 61ans le développement de la Guinée, puisque Alpha Conde l’utilise encore aujourd’hui pour faire passer son coup d’état constitutionnel.

Pour ce faire, il faut commencer par renforcer les organisations institutionnelles et constitutionnelles en termes d’expertises en vue de promouvoir la bonne gouvernance.

Les médias ont également un rôle important à jouer dans la conscientisation des populations en ce qui concerne le changement de mentalité sur cette question.

L’une des raisons d’ailleurs de mon engagement dans le débat politique guinéen.

Aissatou Chérif Balde la politique autrement
Bon week-end
Que Dieu sauve la Guinée de ses démons
Bonne soirée sous la protection divine