Accueil ACTUALITES L’Institut National de la Statistique (INS), MAMADOU CAMARA:‘’Sans statistiques fiables et récentes on ne peut envisager une planification adéquate’’
L’Institut National de la Statistique (INS), MAMADOU CAMARA:‘’Sans statistiques fiables et récentes on ne peut envisager une planification adéquate’’

L’Institut National de la Statistique (INS), MAMADOU CAMARA:‘’Sans statistiques fiables et récentes on ne peut envisager une planification adéquate’’

0

Conakry, le 18 Septembre 2017 – L’Institut National de la Statistique (INS) a été créé depuis 2010. C’est un Etablissement Public à caractère Administratif (EPA). Placé sous la tutelle du Ministre du Plan et de la Coopération Internationale,  il a pour mission de mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière de production et de diffusion de l’information statistique. Pour mieux vulgariser les actions de cette institution, la Cellule de Communication du Gouvernement a reçu pour vous dans cette rubrique du Bulletin du Gouvernement, le Directeur Général Adjoint de l’Institut National de la Statistique.

 

Bonjour Monsieur Camara, Merci de nous accorder cet entretien. Vous êtes le Directeur Général Adjoint de l’Institut National de la Statistique (INS) au Ministère du Plan et de la Coopération Internationale, quel est le rôle et la mission assignée à l’INS dans le cadre de l’accomplissement de vos différentes activités?

 

Comme vous le savez, l’Institut National de la Statistique est depuis 2010 un Etablissement Public à caractère Administratif (EPA). Placé sous la tutelle du Ministre du Plan et de la Coopération Internationale,  il a pour mission la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de production et de diffusion de l’information statistique.

 

A ce titre, il est particulièrement chargé : (i) d’élaborer les avant-projets de textes législatifs et règlementaires en matière de production et de diffusion de l’information statistique et de veiller à leur application ; (ii) de coordonner les activités statistiques sur l’ensemble du territoire national ; (iii) d’élaborer les comptes nationaux et les indices économiques ; (iv) de veiller à la qualité et à l’harmonisation des données produites sur le plan national ; (v) de réaliser les opérations d’enquêtes statistiques d’envergure nationale, les recensements démographiques et les études statistiques nécessaires à l’établissement et à la mise à jour du système d’informations statistiques sur les conditions de vie des ménages et la pauvreté ; (vi) de centraliser, traiter et diffuser l’ensemble des informations statistiques; (vii) de créer et de gérer les banques de données socioéconomiques de toutes les sources d’informations de la statistique publique ; (viii) d’assurer la liaison avec les services statistiques nationaux et internationaux ; (ix) d’apporter les appuis techniques nécessaires aux services chargés des statistiques au sein de l’administration ; (x) de promouvoir la recherche dans le domaine de la statistique ; (xi) de contribuer à la formation, au perfectionnement et au recyclage du personnel chargé de la statistique des services publics et parapublics ; (xii) d’examiner les dossiers d’enquêtes relatifs à l’attribution du visa statistique ; (xiii) d’assurer le secrétariat du Conseil National de la Statistique ; et ( xiv) de participer aux rencontres sous régionales, régionales et internationales traitant des questions statistiques.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui au renforcement des fonctions statistiques de l’Etat « PARFSE » pour le suivi du Plan National de Développement Economique et Social  PNDES -2016-2020.  Vous élaborez une Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS2). Quelle est la raison qui a conduit à l’élaboration de ce document ?

 

Avec le leadership de Madame la Ministre du Plan et de la Coopération Internationale, notre ministère a élaboré et validé un Plan National de Développement Economique et social pour la période 2016 -2020. Par ailleurs, la Guinée a souscrit d’autres agendas internationaux en matière de planification et statistique notamment les Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030, l’agenda 2063 de l’Union Africaine  et Vision 2020 de la Communauté Economique des Etats membres de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Pour le suivi et l’évaluation des effets et impacts de ce programme ambitieux du Gouvernement et de l’ensemble des  agendas internationaux cités ci-haut,  l’Institut National de la Statistique élabore avec l’appui technique et financier de l’Union Européenne  (Cabinet GOPA-GRADES) et  du Consortium PARIS21, une stratégie nationale de développement de la statistique  deuxième génération.

 

L’élaboration de ce document, en collaboration avec les Bureaux de Stratégie et de  Développement ( BSD) des départements sectoriels, vise  à  (i) définir une vision pour la système statistique national, (ii) arrêter des objectifs pour les cinq prochaines années en matière de collecte, traitement, analyse et diffusion des données statistiques (iii) élaborer des stratégies cohérentes et efficaces permettant d’atteindre les objectifs assignés et ( iv) préparer un plan d’actions de la nouvelle SNDS.

 

L’Institut National de la Statistique joue un rôle stratégique au sein du ministère du Plan et de la Coopération Internationale. Dites-nous, quelles sont les approches méthodologiques que vous utilisez pour mener une enquête sur le terrain?

 

Comme vous venez de le souligner, l’Institut National de la Statistique est, selon la Loi L/019/AN/2014, le principal fournisseur des statistiques officielles et le coordonnateur du système statistique national. A cet effet, nous réalisons d’importantes enquêtes statistiques nationales à la demande aussi bien du Gouvernement  que des partenaires au développement.  En 2016, par exemple, nous venons de réaliser deux grandes enquêtes à savoir (i) l’enquête par grappe à Indicateurs Multiples avec volet paludisme (MICS-PALUS 2016) et l’enquête rétrospective sur la production dans le secteur primaire.

 

La réalisation des enquêtes statistiques obéit à une méthodologie scientifique basée sur l’échantillonnage. En effet, pour chacune des enquêtes statistiques, nous tirons une frange de la population  guinéenne (un échantillon), auprès de laquelle nous administrons des questionnaires élaborés sur des tablettes ou sur des papiers.  La taille de l’échantillon varie d’une enquête à une autre ; elle peut atteindre 7500 ménages et voire plus. Le choix des ménages se fait de manière aléatoire autrement dit au hasard  aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural.

 

Quelles sont les différentes stratégies que vous comptez mettre en place pour vulgariser davantage la loi statistique élaborée par l’INS auprès des populations?

 

Il est important de signaler qu’en 2014, avec le leadership de Monsieur  Aboubacar KABA,  Directeur Général de l’Institut National de la Statistique  et  l’appui de l’Union Européenne,  la Loi statistique L/095/0475/CTRN du 29 aout 1995 a été révisée. La nouvelle Loi L/019/2014  promulguée  le 14 juillet 2014 a été élaborée avec la participation de l’ensemble des acteurs du système statistique national guinéen.

 

Pour  la vulgarisation de celle Loi, nos stratégies porteront essentiellement sur: (i) l’organisation des ateliers régionaux et préfectoraux de partage de la Loi, (ii)  l’organisation des émissions et débats radiophoniques  et  télévisés sur l’importance de Loi statistique.

 

En plus, nous disposons d’un site web ( www.stat-guinee.org) sur lequel nous avons diffusé la Loi pour permettre  aussi bien aux acteurs résidents et non-résidents en Guinée de s’en approprier.

 

Malgré votre efficacité sur le terrain à travers les différentes enquêtes que vous réalisez, dites-nous quelles sont les difficultés auxquelles l’Institut Nationale de la Statistique fait face?

 

Les difficultés sont énormes. Cependant,  permettez-moi de ne souligner que les plus importantes qui se résument par (i) le manque de siège pour l’Institut National de la Statistique, (ii) le retard dans la mise en place du Conseil d’Administration (CA), (iii) l’insuffisance des ressources financières pour la réalisation des travaux statistiques de routines, et (iv) le vieillissement du personnel.
Pour terminer, avez-vous un message particulier à lancer?

 

Effectivement, mon message est que les acteurs (étatiques et non étatiques) acceptent de soutenir davantage les activités statistiques à tous les niveaux. En effet, les données statistiques sont moins coûteuses que la prise de mauvaises décisions pour nos populations. Or, sans statistiques fiables et récentes on ne peut envisager une planification adéquate. Enfin, nous remercions d’ores et déjà tous ceux qui soutiennent les activités statistiques (Gouvernement, PTF, populations, etc.).

 

 

 

 La Cellule de Communication du Gouvernement

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *