+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Ce plan devrait permettre notamment «d’accélérer l’exécution de la couverture sanitaire universelle» au Niger.

Un «Plan stratégique national e-santé» sera mis en œuvre au Niger sur la période 2020-2023, moyennant des investissements évalués à 5,7 milliards de Francs CFA (environ 8,6 millions d’euros). Ce plan devrait permettre «d’accélérer l’exécution de la couverture sanitaire universelle, de renforcer les systèmes de santé par la disponibilité de l’information sanitaire, médicale et managériale fiable et à temps réel, et de fournir des prestations de qualité et de proximité», a indiqué le ministre nigérien en charge de l’économie Numérique, Sani Maïgochi.

Il permettrait également de «former les professionnels de la santé à l’usage des TIC, d’améliorer la communication et les échanges avec tous les acteurs, de contribuer à atteindre les objectifs de développement durable (ODD) en matière de santé et particulièrement la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale», a-t-il ajouté. «En cette ère du numérique, avec l’utilisation des applications et services, le vœu du gouvernement est que les procédures soient simplifiées, le travail allégé, avec la transparence et la traçabilité requises au niveau administratif et technique, en somme que tout le système de santé soit amélioré», a-t-il dit.

Le ministre s’exprimait lors d’une «table ronde des bailleurs de fonds, consacrée au financement des activités pour la mise en œuvre du Plan stratégique national e-santé», a rapporté l’Agence nigérienne de presse (ANP). La mise en œuvre d’e-santé permettra aux acteurs d’améliorer les communications entre structures à travers les messages électroniques, la téléphonie IP, la vidéoconférence et les partages d’informations par les centres de données, de gérer de manière efficace et optimale des vaccins, des poches de sang, des médicaments ou autres intrants dans les structures de santé, a-t-il expliqué.

Elle permettra également de mieux disposer de la situation des effectifs et ressources humaines, d’améliorer le suivi et l’évaluation des activités à tous les niveaux de la pyramide sanitaire, a-t-il ajouté. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) constituent des outils essentiels pour améliorer l’efficacité et l’efficience du système de santé nigérien, ainsi que sa redevabilité vis-à-vis de la population, a-t-on indiqué.

dpa