Accueil ACTU INTERNATIONALE Nouveau naufrage de migrants au large des côtes ouest-africaines
Nouveau naufrage de migrants au large des côtes ouest-africaines

Nouveau naufrage de migrants au large des côtes ouest-africaines

0

Selon les autorités de Guinée-Bissau, une embarcation avec une soixantaine de migrants a chaviré, lundi 1er octobre. Aucun survivant n’a pour l’heure été retrouvé. Depuis plusieurs semaines, les départs depuis les côtes ouest-africaines se multiplient, laissant penser à une réactivation de la route reliant l’Afrique de l’ouest aux Canaries, très empruntée au milieu des années 2000.

Nouveau drame en mer mais cette fois il n’a pas eu lieu dans les eaux méditerranéennes, mais dans celles de l’Atlantique. Les autorités de Guinée-Bissau redoutent en effet la mort de dizaines de migrants après le naufrage de leur embarcation au large des côtes ouest-africaines.

« J’ai été informé du naufrage lundi dans la soirée par une équipe de l’agence de surveillance de nos côtes (Fiscap) qu’une pirogue surchargée, transportant des migrants clandestins, avait chaviré au large de nos côtes, plus précisément à hauteur de l’île de Pecisse », explique à l’AFP le commandant Siga Batista, un des responsables des ports de Guinée-Bissau.

>> À lire sur InfoMigrants : « Enterrés sur la plage » : le casse-tête de l’identification des migrants échoués sur les côtes sénégalaises

Ce dernier affirme ne pas savoir combien de personnes se trouvaient à bord au moment du naufrage, et ne pas avoir de précisions sur leur identité ou leur nationalité. Mais « selon les informations qui me sont parvenues, il y avait plus de 60 personnes à bord de la pirogue », ajoute le commandant, précisant que pour l’heure aucun survivant n’avait été retrouvé.

Les radios locales ont été mises à contribution pour demander aux pêcheurs d’entrer en contact avec les autorités en cas de découverte de corps ou de survivants.

Réactivation de la route Afrique de l’Ouest – Canaries

Ces derniers mois, les naufrages se multiplient dans cette zone. Cet été, plusieurs embarcations de migrants ont échoué sur les côtes mauritaniennes et sénégalaises. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux en septembre montrait également 49 migrants récupérés en mer par les autorités sénégalaises alors qu’ils se dirigeaient vers l’Europe.

L’augmentation des départs depuis les côtes ouest africaines laisse croire à une réactivation de la route migratoire reliant l’Afrique de l’ouest aux Canaries (archipel espagnol), principal trajet des migrants vers l’Europe dans le milieu des années 2000. « Nous n’avons pas de chiffres précis mais on constate en effet que de plus en plus de pirogues partent de Gambie, de Guinée, de Mauritanie ou du Sénégal », déclare à InfoMigrants Florence Kim, porte-parole de l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Un constat que partage un officier de la police des frontières sénégalaises. Ce dernier déclarait en juillet dernier à l’AFP que le Sénégal connait ces derniers temps une « recrudescence du nombre des départs », organisés par des passeurs avec souvent la complicité des pêcheurs locaux.

Les associations locales aussi estiment que cette route est de nouveau empruntée. « Depuis deux mois, nous avons alerté les autorités pour leur dire que les pirogues continuent de sortir. Les jeunes n’ont pas cessé de prendre la mer. Ils ont probablement arrêté un moment mais cela fait un moment également qu’ils ont repris et je pense même qu’ils ont repris de plus belle », affirmait en août sur RFI Souleymane Alioune Diallo, de l’ONG Otro Africa.

Ce changement de route est à mettre en corrélation avec la situation des migrants en Libye (tortures, esclavage…), la fermeture des ports italiens et l’absence de navire humanitaire au large des côtes libyennes.  Depuis le début de l’année, environ 35 000 personnes ont débarqué en Espagne dont 600 aux Canaries.

Avec infomigrants

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *