+224 625 130 505 info@guineesignal.com

Un groupe de 51 migrants se présentant comme kurdes a échoué, jeudi matin, sur une plage de Calabre dans le sud de l’Italie. Ils ont été secourus par des riverains et ont ensuite été transférés vers un centre d’accueil.

Il s’agit, d’après les autorités, du premier débarquement de l’année sur les côtes italiennes : 51 migrants affirmant être kurdes ont échoué jeudi à l’aube sur une plage de Torre Melissa dans la région de Crotone en Calabre.

Les médias locaux rapportent que des riverains ont été réveillés vers 4h du matin (3h GMT) par des cris de migrants après que leur voilier s’est renversé aux abords de la plage, près d’un hôtel. Dans un élan de solidarité, plusieurs riverains sont venus prêter main forte et le bateau de sauvetage de l’hôtel a été mis à disposition pour mettre en sécurité immédiatement six femmes et quatre enfants, dont un bébé de quelques mois, qui se trouvaient parmi le groupe de naufragés.

« Les habitants ont tous été incroyables »

« Comment pouvez-vous rester indifférent face à une mère qui crie et à un bébé de trois mois mouillé, nu, transi de froid ? », a commenté pour la Repubblica Gino Murgi, maire de Torre Melissa, qui est venu apporter son aide aux côté de ses citoyens. “À 4 heures du matin, les habitants ont apporté des vêtements, des couvertures, ils ont enlevé leurs vestes, ils étaient tous incroyables », ajoute l’élu.

“L’hôtel a mis à disposition sa structure pour secourir les personnes et leur permettre de se sécher et de se réchauffer”, indique l’agence Ansa. Puis les forces de police sont arrivées sur place peu de temps après, poursuit l’agence. Les migrants ont été transférés au centre d’accueil Sant’Anna “pour les procédures d’identification”.

Par ailleurs, deux hommes soupçonnés d’avoir été les passeurs ont été interpellés.

Des passeurs souvent russes et ukrainiens

Les migrants arrivant via la Turquie sont souvent entassés sur des voiliers conduits par des passeurs ukrainiens ou russes et déposés de nuit sur des plages de la pointe sud de la péninsule.

Malgré le discours de fermeté que le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a encore répété jeudi contre tout débarquement en Italie de migrants secourus au large, les arrivées se poursuivent sur les côtes. En 2018, l’Italie en a enregistré 23 370 : près de 13 000 étaient partis de Libye et les autres de Tunisie, Turquie ou Algérie.

Depuis l’arrivée de Matteo Salvini au gouvernement en juin dernier, le ministère de l’Intérieur a recensé 9 930 arrivées sur les côtes italiennes, soit une accélération de la nette baisse amorcée à l’été 2017 mais encore une moyenne de 44 migrants par jour.

Source : infomigrants