Accueil ACTU INTERNATIONALE Plus de 70 personnes, dont deux enfants, secourues dans le désert au nord du Niger
Plus de 70 personnes, dont deux enfants, secourues dans le désert au nord du Niger

Plus de 70 personnes, dont deux enfants, secourues dans le désert au nord du Niger

0

Soixante-quatorze migrants, dont une femme et des enfants, ont été secourus cette semaine par les équipes de l’Organisation internationale des migrations (OIM) dans le désert d’Assamaka, au nord du Niger.

Soixante-quatorze migrants ouest-africains ont été secourus cette semaine dans le nord du Niger, en plein désert près de l’Algérie, a annoncé l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Parmi les 74 rescapés, l’OIM a recensé une femme et deux enfants. Ils ont été secourus dans le désert à Assamaka, localité nigérienne frontalière de l’Algérie, où ils étaient arrivés « après une longue marche à pied », a indiqué l’OIM sur sa page Facebook.

Les migrants sont originaires de neuf États ouest-africains (Nigeria, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Gambie, Niger, Guinée, Guinée Bissau et Liberia). Ils « ont reçu les premiers soins » sur place avant d’être acheminés et hébergés dans un centre de l’OIM dans la cité minière d’Arlit (nord nigérien).

Ceux qui le désirent seront acheminés dans leur pays d’origine, explique l’OIM. Début septembre, 439 migrants ouest-africains avaient été secourus dans la zone dans des conditions similaires.

L’OIM n’a pas précisé si les rescapés avaient été refoulés de force par Alger. Depuis plusieurs mois, les critiques pleuvent sur l’Algérie accusés de renvoyer illégalement des migrants vers le désert. Au mois de mai, le Haut Commissariat aux droits de l’Homme avait appelé Alger « à cesser les expulsions collectives de migrants » notamment subsahariens.

InfoMigrants a également reçu de nombreux témoignages de migrants expliquant comment les autorités algériennes les avaient abandonnés dans le désert – notamment vers Tamanrasset. L’Algérie a toujours nié ces allégations.

>> À relire sur InfoMigrants : « Les autorités algériennes nous ont laissés seuls dans le désert et nous ont dit de marcher jusqu’au Niger » 

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *