Accueil ACTU INTERNATIONALE Que contient le décret anti-immigration adopté en Italie ?
Que contient le décret anti-immigration adopté en Italie ?

Que contient le décret anti-immigration adopté en Italie ?

0

La politique migratoire en Italie devrait considérablement se durcir avec l’adoption, mercredi, d’un décret-loi cher au ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Le texte prévoit, entre autres, de réduire les durées de séjour des demandeurs d’asile en Italie et d’expulser les migrants plus rapidement.

Le décret-loi durcissant la politique d’immigration en Italie a été adopté mercredi 28 novembre avec 396 voix pour, et 99 contre. Voici ce qu’il contient :

Réduire les durées de séjour :

Le texte remplace en particulier les permis de séjour humanitaires, actuellement octroyés à 25% des demandeurs d’asile et d’une durée de deux ans, par divers autres permis, comme « protection spéciale », d’une durée d’un an, ou « catastrophe naturelle dans le pays d’origine », d’une durée de six mois.

Expulsion plus rapide :

Le décret prévoit une procédure d’urgence afin de pouvoir expulser tout demandeur jugé « dangereux ».

Pour accélérer les expulsions, Matteo Salvini compte passer des accords avec les pays de transit et prévoit d’ouvrir des centres de rétention dans chaque région du pays. Le ministre de l’Intérieur n’a jamais caché non plus sa volonté de renvoyer systématiquement chaque débouté du droit d’asile.

>> À relire : « Le bon temps pour les clandestins est fini », affirme Matteo Salvini

Réorganiser les centres d’accueil :

Le texte redessine la carte du système d’accueil des demandeurs d’asile, qui étaient encore 146 000 fin octobre. Ces derniers seront regroupés dans de grands centres par mesures d’économies.

Généralisation des pistolets électriques :

Dans le volet sécurité, le texte généralise l’utilisation des pistolets électriques, y compris pour les policiers municipaux, et facilite l’évacuation des bâtiments occupés.

>> À lire sur InfoMigrants : En Italie, « un racisme exacerbé depuis l’arrivée au pouvoir de Salvini »

Le rejet du pacte de l’ONU sur les migrations :

Le gouvernement italien a annoncé mercredi qu’il n’entérinera pas le pacte de l’ONU sur les migrations (Global Compact for Migration) comme s’y était engagé en 2016 le précédent exécutif de centre-gauche, dirigé à l’époque par Matteo Renzi.

Non contraignant, ce texte de 25 pages, premier du genre sur ce sujet, vise à réguler les flux migratoires au plan mondial et rappelle les droits fondamentaux des migrants (droit à un accueil digne, politique d’intégration…).

La plupart des pays européens, dont la France et l’Allemagne, ont annoncé qu’ils soutiendront le texte tandis que la Hongrie, l’Autriche, la Pologne et la Slovaquie ne le feront pas, tout comme les États-Unis.

 

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *