+224 625 130 505 info@guineesignal.com
Sélectionner une page

Certains pays africains sont actuellement confrontés à des flambées de poliovirus d’origine vaccinale, selon l’OMS.

Trois pays africains (le Niger, le Kenya et le Mozambique) ont endigué des flambées de poliomyélite qui avaient éclaté en différents épisodes au cours des deux dernières années. Cela constitue «une nouvelle donne qui permet à ces trois pays africains de retrouver leur statut de pays exempt de poliomyélite», a annoncé l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans un communiqué publié le 23 décembre 2019.

«L’arrêt des flambées dans ces trois pays est la preuve que les activités de riposte, associées à des campagnes de vaccination de haute qualité et à une surveillance vigilante de la maladie, peuvent mettre un terme aux flambées restantes dans la région», a déclaré Modjirom Ndoutabe, coordonnateur de l’équipe de réponse rapide aux flambées de poliomyélite au sein du bureau de l’OMS pour l’Afrique.

La transmission du poliovirus dérivé du vaccin a été détectée dans ces trois pays en 2018 et début de 2019 et avait touché un total de 14 enfants, a-t-on rappelé. «Nous sommes fortement encouragés par cette réalisation et déterminés dans nos efforts pour voir tous les types de poliomyélite éradiqués du continent africain», a ajouté Ndoutabe.

Aucun poliovirus sauvage n’a été détecté en Afrique depuis 2016. Cependant, certains pays sont actuellement confrontés à des flambées de poliovirus d’origine vaccinale, a indiqué l’OMS. Ces pays sont l’Angola, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie, le Ghana, le Nigéria, la république centrafricaine (RCA), la république démocratique du Congo (RDC), le Tchad, le Togo et la Zambie.

Les facteurs de risque de ces flambées sont notamment la faiblesse de la couverture vaccinale systématique, le refus de la vaccination, l’accès difficile à certains endroits et la mauvaise qualité des campagnes de vaccination, qui ont rendu difficile la vaccination de tous les enfants, a-t-on noté. Pour l’OMS, les pays africains qui connaissent des flambées épidémiques devraient veiller à ce que leurs systèmes de vaccination systématique soient solides, alors qu’ils continuent à mettre en œuvre leur riposte aux flambées.

dpa