Accueil ACTUALITES UFDG : voici le compte rendu de son assemblée générale de ce samedi 20 octobre 2018
UFDG : voici le compte rendu de son assemblée générale de ce samedi 20 octobre 2018

UFDG : voici le compte rendu de son assemblée générale de ce samedi 20 octobre 2018

0

COMPTE RENDU AG-UFDG DU 20 OCTOBRE 2018.
L’Assemblée générale hebdomadaire de ce samedi 20 octobre s’est tenue dans une ambiance festive et fraternelle.

Le président Cellou Dalein Diallo a, dès l’entame de son discours, remercié la presse qui ne ménage aucun effort dans la couverture médiatique des AG du parti.

Il est ensuite revenu sur le 60 ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée, surpris, il a dénoncé l’absence d’image du président Lansana Conté durant cet événement marquant, « j’ai été désagréablement surpris de constaté que le général Lansana Conté n’a aucune place dans les cérémonies, dans les discours et j’ai fait le tronçon aéroport-palais du peuple, il y avait que Alpha Condé, le président Sékou Touré et dautres personnalités africaines, aucune trace du général Lansana Conté ».

D’autre part, sa surprise se dissipe quand il se rappelle des propos de Alpha Condé à sa prise de fonction qui disait ceci : « j’ai pris la Guinée là où Sékou Touré l’a laissée, c’est comme si le président Lansana Conté n’a pas existé, j’étais choqué ».

Il rappelle le rôle important que le général a joué durant son règne, « nous connaissons tous le rôle qu’a joué le président Lansana Conté, si on accepte que Sékou Touré est le père de l’indépendance, personne ne peut nier que Lansana Conté est le père des libertés en Guinée, la liberté d’association, la liberté d’expression, la liberté de voyager et de revenir dans son pays et la liberté d’entreprise, c’est le général Lansana Conté qui a donné ça aux guinéens; c’est aussi lui le père de la démocratie multipartite, c’est lui qui a supprimé les normes et la fourniture obligatoire de bétail qu’on appelait les tours ». Il trouve que cette omission est volontaire et la condamne fermement.

Il abordera par la suite la mise en place illégale et désordonnée des exécutifs communaux, il estime que la folie s’est emparée des autorités actuelles et que leurs actions ont mis le pays dans le rang des États voyous.
Prenant exemple sur Guéassou où les représentants du BL ont été violentés avant d’être exclus dans la mise en place de l’exécutif, à Ouendekenema (sous-préfecture natale de Faya Millimouno) où le RDIG et l’UFDG ont présenté une liste commune, le préfet a été mandaté de remplacer les élus de l’UFDG par d’autres citoyens qui ne sont pas élus. Irrité il dit, « si on peut décider que c’est des gens que le pouvoir a désigné qui vont voté pour le maire en lieu et place de ceux qui sont officiellement élus, c’est qu’on est devenu fou ».

Prenant des exemples de Albou (Siguiri) où 6 dissidents du RPG avaient fait une coalition avec l’UFDG se sont vu refuser l’accès à la salle de vote, à Balandougouba et Tokounou ce sont les mêmes procédés. À Kalinko il dira qu’on a refusé l’accès à la ville aux élus du parti.

Il a dénoncé le procédé du RPG qui n’installe les exécutifs que lorsqu’il s’est assuré le quorum lui permettant de s’adjoindre l’exécutif. Officiellement l’installation des exécutifs est suspendue mais le parti au pouvoir après avoir corrompu les élus de l’opposition à qui ils soumettent une prestation de serment, procèdent à l’installation des exécutifs.

Après avoir cité toutes ces anomalies le président Cellou Dalein Diallo dénonce le désordre ambiant « c’est comme ça que nous sommes entrain de vivre ce second mandat d’Alpha Condé, heureusement que c’est son dernier mandat ». Pour contraindre Alpha Condé au respect de la limite de mandat, il reconnaît qu’il faut de la détermination et un engagement sincère, « c’est son dernier mandat si on se mobilise malgré toutes les intimidations malgré le retournement de certaines personnes qui n’ont pas de conviction mais des intérêts, à l’UFDG nous avons des convictions, nous nous battons pour une démocratie apaisée, la réconciliation, le développement et la fraternité entre les fils de ce pays ».

Pour ce qui concerne le cas de Kindia, le chef de file de l’opposition guinéenne estime que les populations sont entrain d’être induites en erreur, « c’est Alpha Condé qui est à l’origine de tout ce qui arrive, c’est lui qui a manipulé Elhadj Mamoudou et Elhadj Sekhouna pour qu’ils tiennent des discours dévastateurs que vous avez entendus ».

L’origine de cette manipulation a été initiée contre les performances de l’UFDG en Basse-Guinée, « il (Alpha Condé) s’est rendu compte l’UFDG est entrain de réaliser des performances extraordinaires en Basse-Guinée, il a été déstabilisé par ça ». Pour appuyer son affirmation, il citera les performances réalisées par son parti à Ratoma (34 quartiers sur 34), Dixinn (15 sur 22), Matam (8 quariers), Matoto (premier devant le RPG et l’UFR), Forécariah, Dubréka (23 sur 41 quartiers), Manéah et Kindia (le parti a raflé 55% des suffrages), « face à cette situation il a estimé qu’il faut arrêter cette dynamique, le moyen c’est la division, c’est de transformer le conflit politique qui existe entre le RPG (qui vole les suffrages) et l’UFDG ( qui réclame la vérité des urnes ) en conflit ethnique entre soussous et peuls ».

Il affirme que Alpha Condé est celui qui a suscité les affrontements et l’attaque de la maison de sa belle famille, laquelle attaque vise selon lui à abattre son moral et celui de son épouse, « il a suscité les discours et les violences qu’on a enregistré à Kindia et ailleurs, c’est aussi lui qui a commandité l’attaque de la maison de ma belle-famille en pensant que mon morale et celui de mon épouse va être cassé, mais il s’est trompé, nous allons continuer le combat ». Il rappelle que même les exactions du 28 septembre ne lui ont pas fait fléchir et qu’il continuera son combat pour le développement de ce pays et le bien-être de tous ses fils.

Il prévient en disant que le régime prépare des attaques contre son domicile privé de Dixinn avec la complicité de Aboubacar Soumah (ex-député de l’UFDG), l’argument consiste à inventer une attaque des jeunes de l’axe contre la commune de Dixinn. Il condamne la destruction des biens dont sont victimes les populations de Kindia. Pour le leader de l’UFDG, c’est Alpha Condé qui oppose les guinéens et qui ethnicise le débat politique. Les citoyens de Kindia ont accordé leur confiance à Abdoulaye Bah qui a convaincu par son travail à la tête de la délégation spéciale. Il reste confiant quant à la capacité des guinéens à résister face aux manœuvres machiavéliques d’Alpha Condé qui a basé toute sa politique sur la division.

Maka N’denda ( UFDG)

Share Button
Guineesignal

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *